2012, le jeu de la fin du monde - Blog du paranormal et de l'insolite

2012, le jeu de la fin du monde

Rédigé par JC le — Publié dans 2012

2012 fin du mondeOyez, oyez, braves gens! Rassurez-vous, la fin du monde ne se produira (probablement) pas le 21 décembre 2012. Alain Cirou, journaliste scientifique du magazine français «Ciel et Espace», a récemment publié un petit livre (intitulé «2012: la fin du monde n’aura pas lieu») qui démystifie les principales théories sur 2012 et qui explique le «phénomène 2012», une mouvance qui s’alimente en bonne partie par les élucubrations qu’on peut lire sur Internet, ce qui fait d’ailleurs dire au journaliste qu’il s’agit de la «première fin du monde virtuelle et contributive». Ça vous étonne? Eh bien! pas moi. ;-) (Vous noterez ci-contre une superbe image de ma conception. À vrai dire, j’essaie de percer le marché en tant que graphiste mais, malgré tous mes efforts, je n’ai encore obtenu aucun contrat. Étrange, non? ;-) )


(D’abord une mise au point: si je précise que la «fin du monde» n’aura probablement pas lieu, c’est n’est pas parce que j’accorde un quelconque crédit aux théories catastrophistes des vendeurs d’apocalypse, mais bien parce qu’on ne peut pas affirmer avec une certitude absolue qu’une chose ne se produira pas. En toute logique, il faudra donc attendre patiemment que la date fatidique passe et puis observer les réactions. Ou plutôt l’absence de réactions ; souvenez-vous, par exemple, du carnaval de l’ovni du 14 octobre 2008. ;-) )

Mais revenons au sujet. Après avoir décrit quelques-uns des mythes colportés par les tenants du «phénomène 2012» (par exemple cet ancien modèle solaire qui prévoyait un pic d’activité en 2012, l’alignement des planètes et l’alignement galactique, le calendrier maya, le film 2012, le livre perdu de Nostradamus et 2012 et, bien entendu, sur la vaporeuse planète Nibiru), l’éditeur du livre «2012: la fin du monde n’aura pas lieu» signale que:

«C’est beaucoup, c’est trop, tellement que ça en devient suspect. Avec pour seules armes quelques grammes de raison, une bonne dose d’humour et une pincée d’anecdotes croustillantes, Alain Cirou endigue ce débordement de croyances et d’irrationnel et donne les clés des connaissances scientifiques actuelles sur notre environnement planétaire. Rien de tel qu’un peu de savoir et une bonne bouffée d’humanité pour chasser les spectres de l’ignorance et du vide.»

De passage chez Julien Arnaud, sur la chaîne TF1 (voir la vidéo), Alain Cirou détaille sa pensée en signalant que le «mouvement 2012» se caractérise par le fait que «chaque individu ajoute sa pierre à l’édifice» d’une hypothétique «fin du monde» qui est maintenant toute proche (eh oui! dans quelques jours, on pourra déjà parler de 2012 en disant «l’an prochain»).

Si vous suivez le blog, vous serez difficilement étonné d’apprendre que le thème 2012 suscite des commentaires qui sont, dans le meilleur des cas, bourrés d’inexactitudes grossières et d’extrapolations injustifiées, mais aussi – c’est presque devenu la norme – de faussetés, et, il faut bien l’avouer, de propos décousus, voire parfaitement ubuesques.

Avec plus de 4200 commentaires qui se rapportent (plus ou moins) à l’an 2012 sur ce blog, il est probable qu’on ait un échantillon représentatif de la population en ligne susceptible de se prononcer sur cette question. (Est-il besoin de préciser que les gens qui croient que des événements particuliers surviendront le 21 décembre 2012 sont plus susceptibles de laisser des commentaires, ce qui donne sans doute l’impression qu’ils sont plus nombreux?)

2012 : un jeu de société ?

Mais même chez les gens qui semblent envisager sérieusement que la fin d’un compte long du calendrier maya peut coïncider avec des événements-clés dans l’histoire de l’humanité, j’ai plutôt l’impression – en tout cas, c’est une idée qui me réconforte ;-) – que ces personnes s’amusent à se faire peur en tentant de se convaincre que ces théories de fin du monde et d’apocalypse ne sont pas que de simples rumeurs émanant d’illuminés du New Age.

Bref, il pourrait donc s’agir d’une espèce de jeu qui exige, pour être temporairement crédible, une suspension volontaire de l’incrédulité (ou «suspension consentie d’incrédulité»), c’est-à-dire «l’opération mentale qu’effectue le spectateur d’une oeuvre de fiction qui accepte, le temps de sa consultation de l’oeuvre, de mettre de côté son scepticisme», nous apprend Wikipédia.

Qui dit jeu, dit règles. La première, et la plus importante, semble être ce rejet du scepticisme de base, qui est normalement présent même chez la personne la plus crédule, et qui peut aller jusqu’à ignorer que le 21 décembre 2012 serait (selon les recherches d’Alain Cirou) la 183e date de «fin du monde», les 182 précédentes ayant été – heureusement pour nous – des pétards mouillés magistraux. Le «joueur» doit également faire abstraction du fait que la fin d’un cycle de calendrier ne signifie rien de particulier (qui n’a pas entendu parler de la débâcle qui a précédé l’an 1000?), doit s’efforcer de se convaincre qu’une grande quantité de facteurs convergent vers le 21 décembre 2012 (même si ces facteurs, lorsqu’ils sont examinés un à la fois, s’avèrent être des canulars) et ne doit pas lésiner sur les contradictions internes du genre «personne ne peut prévoir le futur mais cette fois-ci c’est peut-être vrai».

Et au chapitre des autres règles de cet hypothétique «jeu 2012», on doit ajouter qu’il est nécessaire de chercher continuellement le petit fragment de vérité pour tenter d’étayer les théories de catastrophes en 2012. À cause de la quasi-divinisation des Mayas par le mouvement New Age, le moindre élément semble bon pour justifier le fait qu’une tribu qui ignorait la roue avait des connaissances si avancées qu’elle a pu prévoir des événements plusieurs siècles après la fin de sa propre civilisation – qui, soit dit en passant, ne correspond pas avec un changement de cycle majeur de son propre calendrier. ;-)

Le joueur 2012 devra donc se renseigner sur le réchauffement climatique, dont Alain Cirou dit d’ailleurs qu’il alimente les fantasmes de fin du monde, et surveiller les séismes, les crises économiques, la politique, les ouragans, les inondations ou même les tempêtes de neige (un sujet d’actualité en Europe). Car c’est une autre règle du jeu très importante: essayer de trouver des coïncidences – peu importe leur nature – pour se faire croire qu’il y a un fond de vérité dans les théories sur 2012. Évitez à tout prix de comprendre que les illuminés New Age peuvent justement compter sur les changements climatiques pour attirer des croyants, vous perdriez de nombreux points.


Les joueurs les plus zélés pourront aussi trouver quelques faux arguments complémentaires chez les voyants et les médiums du channeling. Eh oui! tous les coups sont permis au jeu 2012, car pour gagner il est nécessaire d’accumuler un maximum de points. Et il est fortement conseillé de ne pas examiner trop profondément la validité des arguments sous peine de s’exclure du jeu.

Portez une attention particulière aux mots qui émanent des sciences. Même si l’argument ne tient pas la route, vous gagnerez beaucoup de points par le simple fait d’employer des termes scientifiques. Et, en plus, vous impressionnerez les copains. Sur le fond, je suis parfaitement d’accord avec Alain Cirou quand il déclare que «les scientifiques font une erreur en ne tenant pas compte des rumeurs sur une fin du monde en 2012». Mais en même temps, je me dis que ceux qui veulent vraiment jouer à fond à la fin du monde en 2012 éviteront de se disqualifier en lisant des ouvrages rationnels, alors que les points faciles à acquérir se trouvent dans les forums catastrophistes, dans des blogs d’illuminés et dans les sites de sectes.

Les vrais perdants du «jeu» 2012

Alain Cirou semble beaucoup s’amuser de toute cette sous-culture 2012. J’aimerais sincèrement pouvoir en rire aussi, mais j’avoue que ce phénomène m’inquiète un peu. Car si quelques «joueurs» savent bien qu’ils participent à la «première fin du monde virtuelle et contributive», d’autres en sont peut-être moins sûrs. D’abord, les personnes à la psychologie fragile peuvent facilement tomber dans ce type de panneau et les sectes, qui raffolent de ces prophéties apocalyptiques, peuvent profiter de toute cette médiatisation pour attirer de nouveaux fidèles.

Et c’est sans parler des autres qui sont déjà perdants avant que le jeu ne parvienne à son terme. Je les vois arriver tous les jours sur BlogParanormal.com, avec des expressions de recherche telles que «où se cacher en 2012», «régions qui seront épargnées en 2012», «comment échapper à 2012», «pourquoi la Nasa cache Nibiru?» ou «pourquoi les scientifiques ne disent rien sur 2012». Lorsqu’on fait des recherches aussi précises, il apparaît évident qu’on croit déjà qu’il se produira des cataclysmes sans précédent le 21 décembre 2012. Si vous vous reconnaissez dans ces propos, je vous recommanderais chaleureusement de vous précipiter vers la librairie la plus proche afin de vous procurer le bouquin d’Alain Cirou ou au moins, si vous n’avez pas beaucoup d’argent, de lire mes autres articles dont je donne les liens au début de ce billet. C’est gratuit et ouvert 24 heures. ;-)

Sinon, on pourrait spéculer longtemps sur les raisons qui font que les gens trouvent une satisfaction dans ce «jeu de la fin du monde en 2012» (peut-être une estime de soi renforcée par le sentiment de détenir un savoir inaccessible au commun des mortels, un sentiment de supériorité et de puissance en semant la peur ou le doute dans l’entourage, etc.) mais ce n’est pas réellement le genre de la maison, et puis c’est un sujet idéal à développer dans les commentaires.

Voilà. Désolé d’être un si mauvais joueur, mais je vous promets au moins une chose: le 22 décembre 2012, pendant que les vrais gagnants compteront leurs dollars et leurs euros en riant à gorge déployée, je vais me lever très tard avec une gueule de bois catastrophique, et ce sera vraiment à cause du calendrier maya. On ne peut quand même pas se tromper sur toute la ligne. ;-)


32 réponses à “2012, le jeu de la fin du monde”

  1. Lecarre dit :

    Bonjour,

    Première fois sur ce blog.

    2012 pourrait-être interprètée comme étant une date charnière qui verrait la société se transformer d’un point de vue social et économique.

  2. farfa dit :

    on oublie vite que le christianisme a changer tous les calendriers de toutes les culture, si je me réfère au calendrier celte, ce n’est pas en 2012 mais le 21 novembre 2011…

    ( un vécu )

    un petit voyage dans l’astral, mon guide a dit que ce n’est pas la fin du monde mais un grand changement, c’est ce qui s appelle le cycle des 2000 an…

    je peux vous dire que ça pour le moment ça serait trop long si je rentre dans les détails.

  3. Olive dit :

    Et si elle se produisait quand même… les Mayas auraient alors tout faux !
    http://www.futura-sciences.com.....bre_38676/