La grande Divulgation ET 2012 (suite et fin) - Blog du paranormal et de l'insolite

La grande Divulgation ET 2012 (suite et fin)

Rédigé par Orox le — Publié dans Delirium paranormalis

Résumé de l’épisode précédent : Suite à une vague d’observations d’ovnis sans précédent à travers le monde, l’O.N.U. à mis sur pied une gigantesque conférence dans laquelle un comité d’experts chevronnés fait le point sur la question extraterrestre. Pendant que l’humanité retient son souffle, nos experts débattent ardemment de la question jusqu’au moment où, coup de théâtre, monsieur Moulin annonce qu’il possède un moyen d’entrer en contact avec les extraterrestres. Comment ? Tout simplement grâce à un super grille-pain de son invention. Retournons donc voir ce qui se passe à la conférence.
- C’est une blague, hein monsieur Moulin ? Dites-moi que c’est une blague, plize ! demande Bételgeus-e.

- Pas du tout chère madame. Je vous assure que je suis en mesure de communiquer dans tous les sens du terme avec ces étranges occupants qui pilotent des ovnis et qui se trouvent pris au dépourvu une fois la bise surviendue.

- Tout ce que je vois c’est un banal grille-pain il me semble, monsieur Moulin. Pour le bénéfice de nos auditeurs, pourriez-vous en expliquer le fonctionnement ? questionne l’animateur.

- Mais bien sûr, Jimmy. Attention, je vais utiliser un langage un peu technique, mais je suis persuadé que tous comprendront. Voilà : le banal grille-pain que vous voyez agit en tant que récepteur. Il est relié par un modem sans fil à un routeur, lui-même relié à un serveur. De quel serveur s’agit-il ? Il s’agit d’un serveur situé à Porto-Rico et qui effectue le relais des informations provenant du radiotélescope d’Arecibo, le plus grand du monde. Et selon l’endroit où pointe le radiotélescope, le super grille-pain est en mesure de recevoir des messages qui proviennent de plusieurs mondes habités, situés à des centaines d’années-lumière de la Terre. C’est aussi simple que cela.

Un silence respectueux s’est installé pendant les explications de monsieur Moulin, bientôt troublé par la question que tous attendent.

- Oui mais… Comment ? Désolé d’émettre des doutes sur votre invention monsieur Moulin, mais je ne peux absolument pas concevoir comment un grille-pain pourrait techniquement permettre de recevoir des signaux intelligents. Cet appareil sert à cuisiner de la nourriture, rien d’autre, non ?

- Eh bien mon cher Jimmy, c’est ici que l’ingéniosité du dispositif prend tout son sens. Avec quoi fonctionne un grille-pain habituellement ? Avec du pain, bien sûr. Et c’est aussi avec des tranches de pain que j’obtiens ces messages mystérieux qui proviennent de mondes étranges. C’est aussi simple que cela.

Monsieur Moulin sort deux pains tranchés du sac à ses pieds, puis les dépose sur la table.

- Tout ce qu’on a à faire, c’est d’abord de s’assurer que le radiotélescope à Arecibo pointe vers un endroit susceptible d’abriter une civilisation aliène. C’est très facile de le vérifier en consultant son site Internet. Et puis, tout simplement, on met deux tranches de pains dans l’appareil, on règle la cuisson à « medium », on attend deux minutes et alors on obtient un message extraterrestre gravé sur les rôties. Vous voulez que je vous fasse une démonstration étonnante ?

- Mais bien sûr ! Allez-y. Je suis sûr que tout le monde est très curieux de voir ça.

Monsieur Moulin ouvre un pain, saisit deux tranches et les insère dans les fentes du super grille-pain. Puis il rabaisse le loquet d’un geste vif. Tachack ! Le décompte commence. Dans la salle, tous les commentateurs télé présents se livrent à des supputations qui sont retransmises en direct dans tous les pays du monde. Quelle sorte de pain doit-on utiliser pour obtenir des communications de qualité avec les extraterrestres ? Quel niveau de cuisson est adéquat ? Quelle est la meilleure marque de grille-pain disponible sur le marché ? Le pain blanc donne-t-il de meilleurs résultats que le pain brun ? Dans un silence angoissant, une minute passe et la moitié du décompte est écoulé. Ovila s’écrie soudain :

- Vous n’auriez pas un petit creux ? J’avoue que cette merveilleuse odeur de pain grillé me donne faim tout à coup.

- Ben, tu seras bientôt exaucé Ovila, puisque de toute évidence il n’y aura pas de message gravé sur les rôties. Monsieur Moulin pourra donc te les refiler… Pfft ! Quelle bande de nazes… Tous des cons, ouais… lui répond Salomon.

- Chhuuuut !!! Les petits pains vont bientôt sortir nous dire bonjour ! s’exclame Zirconia Cubique, un brin exaspérée.

Kaklakk ! Les deux rôties sont expulsées violemment du super grille-pain et monsieur Moulin les attrape au vol très habilement. Il fait un clin d’œil à Jimmy :

- J’ai modifié le système de ressort et j’en ai mis de plus puissants. Je trouve ca rigolo ! Voyons voir…

Monsieur Moulin dépose les deux rôties devant lui, les retourne et laisse bientôt échapper un léger soupir de déception.

- Non. Pas celles-là malheureusement. Ça prend toujours quelques essais en raison des interférences dans l’atmosphère. Mais poursuivons, je vous garantis que d’ici quelques minutes, nous aurons un curieux message venant d’une de ces étonnantes civilisations cosmiques. Encore quelques essais et ça fonctionnera, j’en suis sûr. Tenez, jeune homme.

Il tend les deux rôties à Ovila, lequel en donne une à Endorphine. Les deux commencent à manger pendant que monsieur Moulin remet deux tranches dans le super grille-pain. Au bout de deux minutes, même résultat négatif. Les deux rôties sont partagées entre le docteur Forceps et le professeur Orox. Et c’est reparti pour un troisième service ! Bételgeus-e commence à fouiller dans son sac à main.

- Attendez ! J’ai quelque chose qui va agrémenter un tant soit peu ce petit gueuleton. Mais voyons… où est-il ? Ah… Voilà !

Elle sort de son sac à main un grand pot de Nutella format géant et le dépose sur la table.

- Une vraie femme n’est jamais prise au dépourvu dans ce genre de situation. Servez-vous ! Il y en aura pour tout le monde !

Bientôt, tous les membres cassent la croûte en direct, pendant que monsieur Moulin cuisine sans arrêt des rôties. Tout en mangeant, Ovila regarde Salomon et lui lance :

- Vous disiez tantôt, Salomon, que vous seriez capable de faire un crop circle avec deux planches, un piquet et de la corde… Et bien moi, je ne vous crois pas !

Salomon, la bouche pleine, manque s’étouffer devant l’affront. Il serre les poings et lance, l’air mauvais,

- Ah oui ? Et qu’est ce que tu veux que ça me fasse que tu y crois ou non, hein ?

- Rien du tout. Mais je persiste et affirme qu’on ne peut pas réaliser un crop circle digne de ce nom avec un équipement aussi nul que ça. C’est tout simplement impossible.

- Ah bon… Je vois que tu as décidé d’être mon ennemi pour toujours puisque que tu n’es pas d’accord avec moi… Pour en revenir à l’agroglyphe, puisque c’est ainsi qu’on désigne réellement ce phénomène lorsqu’on a un tant soit peu de jugeote, t’aimerais peut-être que je te fasse une démonstration ici même, c’est ça ?

- Mais bien sûr ! Je suis même prêt à parier ce que vous voudrez que vous n’êtes pas capable d’en faire un ici même !

Salomon se lève, puis se dirige rapidement vers les coulisses tout en regardant Ovila d’un air menaçant.

- D’accord Ovila ! Je m’en vais illico chercher mon matériel ici tout près. On verra bien qui est le plus con des deux ! Et je t’assure que ce ne sera pas moi !

À l’autre bout de la table, le professeur Orox met ses mains en porte-voix et lance d’une voix forte :

- Hé ! Salomon ! On est à New York ici ! Il n’y a pas de champs cultivé à 200 kilomètres à la ronde ! Tu vas le faire comment, ton crop circle ?

Salomon s’arrête, complètement figé. Se rendant compte de la blague dont il est la victime, il brandit un index rageur vers Ovila, lequel tape sur la table du plat de la main en s’étranglant presque de rire.

- Merde ! Je me suis encore couvert de ridicule à cause de mon impulsivité ! Tu me le paieras, Ovila, je te le garantis ! Salaud !

S’amenant de nouveau sur le devant de la scène, Jimmy, en vrai professionnel, récupère l’incident et remet une fois de plus la conférence sur ses rails.

- Alors, mesdames et messieurs, pendant que nous laisserons nos experts débattre ensemble encore quelques instants, j’inviterais les journalistes désignés par l’O.N.U. à s’avancer devant la scène, puisque nous allons passer à la période de question tout de suite après cette pause publicitaire. Merci.

Sur ces mots, le thème musical spécialement composé pour la conférence commence à se faire entendre, pendant qu’en toile de fond on voit les membres du comité E.T. 2012 se lancer de la nourriture en s’insultant.

Après s’être assuré que la conférence n’est pas en onde, Jimmy se retourne et apostrophe le comité.

- ÇA SUFFIT ! Mais qu’est ce que c’est que ce cirque ? Vous vous rendez compte ? Il y a deux milliards de personnes qui nous regardent en direct et tout ce que vous trouvez à faire c’est de vous chamailler comme des enfants ! Je vous demanderai donc de vous comporter en adulte et d’arrêter de vous insulter à partir de maintenant.

Salomon lève la main timidement.

- C’est pas moi m’sieur, c’est Ovila qui a commencé. Moi j’ai rien fait.

- Ça va… Bon. Dans une minute nous serons de retour en onde afin de procéder avec la période de question. Si on en profitait pour nettoyer la table ? Allez, tout le monde au boulot ! Et je voudrais demander à monsieur Moulin s’il voulait bien continuer à mettre des tranches de pain dans le super grille-pain pendant la période de questions avec les journalistes, on ne sait jamais.

- Parfait Jimmy. De toute façon, c’est une question de temps avant qu’ils ne nous répondent, je le sens.

Tout le monde s’exécute rapidement. En un clin d’œil, la table est redevenue propre comme un sou neuf. Entre temps, quelques dizaines de journalistes se sont massés devant la scène et se préparent à enchaîner pour la suite. En coulisse, un régisseur fait signe à l’animateur : il reste cinq secondes avant la mise en onde.

- Nous sommes de retour de cette pause, mesdames et messieurs. Nous allons maintenant passer à la période de questions. Pour des fins de commodité, chaque journaliste sera autorisé à poser une question de son choix à n’importe lequel de nos experts. Veuillez procéder dans l’ordre, s’il vous plaît, et ne pas vous interrompre l’un et l’autre. Merci, vous pouvez y aller.

Un homme corpulent se lance aussitôt.

- Je suis Dimitri Constantinapolitovlovitchtchik, de la « Pravda ». Ma question est pour le professeur Orox. Professeur Orox : pensez-vous que la technologie extraterrestre pourrait éventuellement apporter une réponse à la crise mondiale de l’énergie ?

- Bien, mon cher Dimitri, vous êtes russe hein ? C’est ça ? Vous avez le droit, personne n’est parfait. Eh bien, cette question est complexe. Je dirais que malheureusement, l’état actuel des besoins mondiaux en énergie nous montre clairement que les ressources utilisées actuellement ne sont absolument pas adaptées à l’environnement et que l’activité humaine qui en résulte causera à long terme des dommages irréversibles partout sur la planète. Il serait donc avisé pour l’humanité de porter ses efforts pour développer des sources d’énergie alternatives et non-dommageables pour l’environnement. Outre le gaz naturel, le pétrole, le charbon, le nucléaire et tous ces trucs dégueulasses, il existe une source d’énergie immense à laquelle personne n’a encore pensé et dont l’exploitation pourrait régler tous les problèmes énergétiques de la planète à faible coût : le magma volcanique ! Si les extraterrestres pouvaient nous fournir des bombes thermonucléaires assez puissantes, tout ce qu’on aurait à faire serait de faire sauter le pôle nord et le pôle sud à une échelle sans précédent, de façon à perforer la croûte terrestre. Les énormes volcans ainsi créés laisseraient échapper énormément de matière en fusion, et cette matière serait facile à convertir en énergie thermique gratuite pour tous. Je dirai donc qu’en ce sens, oui, la technologie extraterrestre pourrait nous être extrêmement utile.

Une petite femme avenante et pleine d’énergie prend le relais. Elle s’exprime en roulant les « R », ce qui provoque l’hilarité d’Ovila.

- Je suis Penelope E. Zarzuella du journal le «Tonnerre de Madrid » et ma question est pour Endorphine. Pensez-vous monsieur Endorphine que notre éveil spirituel est suffisamment élevé pour qu’on puisse avoir un contact harmonieux avec les extraterrestres ?

- Eh bien, puisqu’il existe une dichotomie abyssale où il est présumé d’une part qu’une civilisation extraterrestre devrait avoir obligatoirement avoir atteint un niveau moral allant de pair avec un développement technologique encore indéterminé mais de toute évidence très supérieur au nôtre, je me permettrai d’ajouter un bémol à cette perception du fait que si on prend par exemple le cas d’une civilisation qui a cinq mille années d’avance sur nous, il est tout à fait plausible que les facultés intellectuelles de ces individus puissent être égales ou même très inférieures aux nôtres ; mais du simple fait qu’ils aient débuté leur développement technique bien avant nous, ça puisse compenser et leur donner quand même quelques longueurs d’avance sur l’humanité, technologiquement parlant.

- Donc, ce que vous dites en clair, c’est qu’un extraterrestre pourrait être aussi con qu’un humain ?

- Et même que de plusieurs, ma chère !

Tout le monde éclate de rire. Après quelques instants, un homme courtaud, souffrant d’un léger embonpoint, de la glande thyroïde et d’acné post-traumatique remonte ses lunettes et demande :

- Ici John Mac Atarakte, du Doctor’s Digest de Glasgow. La question suivante est pour le Docteur Forceps. Docteur Forceps, pourriez-vous nous dire à quoi ressemblent les extraterrestres, d’un point de vue médical ?

- **** Bonsoir monsieur le juge en chef**** ***** Bien sûr les extraterrestres n’existent pas **** ***** Mais s’ils existaient, nul doute qu’en plus d’être **** comme des balais***** **** Ils seraient atteint de **** hypocondries**** obsessions sex***** tous de sales ***** et de **** vertes et des pas mûres**** crétinisme***** ***** pas même foutus de ****** proprement****** dans leurs ****** de soucoupes volantes***** Et même s’ils****** entre eux***** comme des demeurés*****ces pauvres **** bite à l’air et **** ****pas de ça chez nous**** *****comporter normalement***** respecter la loi*****

Un silence respectueux accueille ces paroles et tous méditent le sens profond de ces phrases lourdes de sens pendant quelques secondes. Rompant le silence, un journaliste néerlandais qui a l’air très sérieux prend la parole.

- Bonsoir. Je suis Gheramonn Lachminey des Pays-bas. Ma question est d’ordre économique et s’adresse à Bételgeus-e. Voici ma question : quels sont les impacts sur l’économie mondiale d’un contact… d’un con… MAIS QU’EST-CE QUE C’EST QUE ÇA ? s’écrie-t’il, éberlué.

Tous les regards convergent vers la table. La scène est incroyable : on voit Zirconia Cubique flotter à un mètre au dessus de sa chaise !

- On dirait qu’elle est en transe ! s’exclame le professeur Orox.

– Il doit y avoir un truc. C’est sûr qu’il y a un truc ! Attendez voir…

Salomon se lève et passe un bras sous Zirconia Cubique, laquelle regarde droit devant elle avec une expression indéfinissable sur son visage. Salomon poursuit son inspection, et vérifie s’il n’y a pas de mécanisme suspect autour d’elle. L’animateur se précipite instinctivement vers la table et lui met son micro sous le nez.

- Zirconia Cubique ! Vous m’entendez ? Vous allez bien ? Ici Jimmy ! Pourriez-vous nous dire ce qui se passe ? Allo ?

Elle ne répond pas, se contentant de fixer un point imaginaire qui semble très loin devant. L’animateur passe rapidement sa main de gauche à droite devant son visage et n’obtient aucune réaction. Salomon termine son inspection et hausse les épaules, l’air impuissant.

- Je n’ai rien détecté d’anormal ! Il s’agit donc d’un canular de type inconnu jusqu’à maintenant ! Peut-être s’agit-il d’un ballon sonde ?

- Eh bien mesdames et messieurs, dit Jimmy, je dois vous avouer bien humblement que je suis totalement dépassé par la tournure des événements. Mais…mais…. Ça y est ! Elle me regarde ! On dirait qu’elle va dire quelque chose ! Zirconia Cubique ! Pourriez-vous donner vos impressions à nos téléspectateurs ?

Zirconia Cubique a un regard extrêmement étrange, comme si elle venait de se rendre compte pour la première fois qu’elle se trouvait dans la salle. Elle regarde autour d’elle avec curiosité, puis, fixant Jimmy de son regard inquiétant, elle se met à parler :

- Dans l’énergie cosmique du ressenti. Une perception d’un état vibratoire subtilement, par effet unique, des états seconds du troisième cercle entouré des quatre éléments qui sont comme les cinq doigts de la main, là où les six saisons se rejoignent dans les sept commandements divins…

Pendant que Zirconia Cubique récite son étrange litanie, tous les témoins remarquent avec surprise qu’elle s’élève lentement dans les airs, ce qui oblige l’animateur à suivre le mouvement de son ascension avec son micro s’il ne veut pas la perdre.

- … dans les huit merveilles de l’esprit divin qui disparaîtront pour laisser place aux neuf petits lutins du père Noël dont les dix vertus primordiales…

Jimmy est maintenant debout sur la table, tentant de garder son micro près de la bouche de Zirconia Cubique afin de continuer à capter ses paroles. Il regarde les autres d’un air dramatique et lance :

- Hep ! Aidez-moi à la retenir, sinon elle va s’envoler ! Vite !

Endorphine et Ovila s’amènent en courant, grimpent sur la table, saisissent chacun une jambe de Zirconia Cubique et commencent à tirer vers le bas, mais en vain. Elle prend de plus en plus d’altitude sans qu’on ne puisse rien faire pour l’en empêcher, toujours en récitant son curieux discours ésotérique.

- Barbatruc ! Petit soleil nocturne ! Yes, Sir ! Que c’est beau là-haut ! Blablablu coucouroucoucou cui cui !

Soudain, Ovila et Endorphine ne peuvent s’empêcher par réflexe de lâcher prise, s’ils ne veulent pas être eux aussi emportés dans les airs avec Zirconia Cubique. Bong ! Ils retombent lourdement sur la table. Ovila, curieusement, tient une des chaussures de la voyante dans ses mains. Il la montre à tous d’un air surexcité :

- C’est incroyable ! Elle chausse du 72 !

Tout à coup, l’altitude de Zirconia Cubique se stabilise à environ cinq mètres au-dessus de la table. Toutes les caméras immortalisent ce moment unique dans les annales de la parapsychologie. Dès ce moment, tous comprennent qu’il faut à tout prix sortir Zirconia Cubique de sa transe avant qu’elle ne monte encore plus haut et risque de se blesser. Jimmy et les autres commencent à la héler bruyamment.

- Hého ! Réveillez-vous !

- Revenez parmi nous Zirconia !

- C’est comment là-haut ?

Enfin, elle cligne des yeux à plusieurs reprises et semble soudainement très étonnée de se trouver là.

- Mais qu’est ce qui se passe ? Qu’est ce que je fais en l’air ? Aaaaaaaahhhh !!!

Et elle retombe lourdement en fracassant la table, causant un vacarme de tous les diables. Courageusement, le docteur Forceps et Salomon foncent vers l’endroit du crash comme des bulldozers, bousculant tout le monde sur leur passage.

- **** Laissez-moi passer*** *** Je suis le docteur Forceps, et je suis médecin***** ****Et croyez-moi, j’en ai vu souvent des malades, dans ma longue carrière*****

Zirconia cubique est étendue, inerte, parmi les débris de la table. Un peu plus loin, monsieur Moulin a réussi à mettre son super grille-pain à l’abri in extremis, et continue d’y insérer régulièrement des tranches de pain comme si rien ne s’était passé. Le docteur Forceps s’agenouille devant Zirconia Cubique, relève sa manche et prend son pouls. Il secoue la tête, ouvre sa trousse et en sort un scalpel tranchant.

- ****Tenez-la bien, s’il vous plait**** **** Je vais la disséquer**** ****J’ai l’habitude****

Bételgeus-e se met dans une rage folle.

- ÇA VA PAS LA TÊTE ??? POUSSEZ-VOUS DE LÀ TOUT DE SUITE !!!

À la grande surprise de tous, le docteur Forceps sourit, pour la première fois depuis vingt ans. Il désigne Zirconia Cubique devant lui : elle semble être revenue à la vie et commence à se relever.

- **** Rassurez-vous**** ****Elle n’a rien***** **** J’ai eu envie de faire une petite blague**** ***** J’aimais bien faire des blagues dans le temps**** ****Mais je crois que je suis un peu rouillé dans ce domaine**** **** Pardonnez-moi, mon général****

Monsieur Moulin tape bruyamment de son poing dans sa main ouverte. Il se lève et annonce, triomphant :

- Ça y est ! Ils répondent ! Hé ! Venez par ici, il faut absolument que vous voyez ça !

Tout le comité E.T. 2012 trottine comme un seul homme vers le coin de la scène où monsieur Moulin a installé son super grille-pain. Plusieurs rôties sont alignées sur une petite plate-forme improvisée et on remarque qu’effectivement, il y a des symboles étranges ainsi que des inscriptions gravées sur les rôties sagement disposées dans leur ordre d’apparition.

- Alors monsieur Moulin ? Qu’est ce que ça dit ? demande Jimmy ?

Monsieur Moulin se penche pour étudier les inscriptions et il a soudain l’air déçu. Il regarde les rôties en secouant la tête :

- Désolé les amis, mais ça ne sera pas pour cette fois. Ils refusent de nous accueillir au sein de la confédération galactique. Voici la réponse :

«Peuple de la Terre ! Nous avons le regret de vous informer que votre candidature visant à vous accueillir au sein de la confédération galactique n’a pas été retiendue. Nous sommes par contre sensibles au fait que vous mettez quelques efforts occasionnels afin de soigner votre image, mais il n’a fallu que quelques minutes d’écoute de votre ridicule gala « E.T. 2012 » pour nous convaincre qu’accueillir au sein de notre confédération une bande de tarés dans votre genre serait mettre en péril l’équilibre universel. Revenez-nous donc dans quelques millénaires, on verra ce qu’on peut faire. Veuillez agréer… etc.»

- Je suis navré… J’aurais tellement aimé recevoir de bonnes nouvelles… Bon. Qu’est ce qu’on fait maintenant ?

Le professeur Orox s’avance, l’air grave.

- Ben, qu’ils aillent se faire foutre ! On a réussi à établir la communication quand même, non ? C’est ce qu’on voulait ! Retournons nous asseoir pour répondre aux questions des journalistes, et pas un mot de tout ça ! Et passez-moi encore quelques rôties, j’ai encore faim, pas vous ?

FIN

____________________________________________________________

Et voici comment l’humanité a gâché cette chance unique de faire partie de la confédération galactique. Par la faute du comité E.T. 2012, la planète s’est vue privée des avantages fantastiques pour l’espèce humaine qui aurait pu en résulter. Mais rassurons-nous quand même : si, par chance, nous rencontrons un jour une forme de vie intelligente mais moins évoluée que nous, nous pourrons nous aussi nous livrer à la même forme de chantage émotif et – qui sait ? – nous pourrons un jour créer notre propre confédération !

Plus sérieusement, j’aimerais souhaiter à tous nos lecteurs une excellente année 2011. Que cette année soit remplie de bonheur et surtout de santé pour tous !

Orox

Lire aussi:


10 réponses à “La grande Divulgation ET 2012 (suite et fin)”

  1. JC dit :

    Mes meilleurs voeux pour 2011 !

  2. tilyon dit :

    Merci pour votre roman feuilleton en histoire imaginaire. Mieux vaut lire ceci que d’être aveugle.

  3. airik dit :

    Pareillement cher JC, je pensais que ça allait de soit.
    Et puis la pudeur aussi (en prenant de l’âge)…

    Merci pour cette espace de liberté ouvert  » 24h/24, 7jours/7  » :) , espace de liberté qui s’affranchit bien trop souvent sans doute, des limites qui lui sont consacrées.

    Merci donc pour la Patience, le Dévouement et Tout le reste.

    Et puis enfin : All the Best !

    Comme ils disent…

  4. Orion-e dit :

    Un classique est né. Brillant, le coup du Nutella. Three thumbs up !

    Et meilleurs voeux de ma part aussi. Vous savez combien ils valent cher.

  5. La terre est triangle voir rectangle dit :

    Article très intéressant..Merci

  6. 0livier dit :

    Jamais plus je ne pourrai déguster mes toast matutinaux du même œil!

  7. Orphée dit :

    Excellent Orox !

    Pour moi, la partie la plus interessante est celle qui décrit l’expérience-Zirconia.
    En effet, c’était la personne la plus susceptible de décrire Le Problème Paranormal dans son apparente incongruité.
    Mais, bien entendu, le personnage le mieux décrit est celui qui s’auto-représente comme La Référence Officielle: j’adore les *** , ça me ventile les oreilles :-)

  8. Orphée dit :

    Au fait, le matin, je préfère les croissants … une influence lunaire peut être ;-)

  9. 0livier dit :

    Vœux 2011 : vivement 2012!
    Et en attendant: du grain à moudre…

    http://owni.fr/2011/01/12/les-.....volatiles/

  10. JeanGab dit :

    Quoi dire ! Merci, merci ,merci
    Après la soupe au choux, nous voilà dans les toasts. Je reconnais que j’ai passé un agréable moment de réflexion.