Le pouvoir de Rhonda Byrne, un livre d’amour (et d’argent) - Blog du paranormal et de l'insolite

Le pouvoir de Rhonda Byrne, un livre d’amour (et d’argent)

Rédigé par JC le — Publié dans Paranormal

le pouvoir de rhonda byrneAprès «Le secret», voici «Le pouvoir». Dans son premier livre, Rhonda Byrne affirmait avoir révélé la «loi de l’attraction» – une «loi universelle» qui n’était connue que des plus grands personnages de l’histoire et qui leur aurait justement permis de s’élever au-dessus des masses en «manifestant» concrètement leurs pensées pour devenir richissimes, attirer l’amour du compagnon idéal, composer des symphonies immortelles, accéder au pouvoir ou faire les plus grandes découvertes scientifiques. C’était tout bonnement – et je n’invente rien – le «secret de la vie».

Même si «Le secret» avait été présenté comme une oeuvre achevée et définitive, le livre dévoilant enfin les plus grands mystères de l’univers et auquel il était superflu d’ajouter quoi que ce soit, Rhonda Byrne – probablement dans un élan de générosité extraordinaire – a repris sa plume pour nous révéler, dans un second livre intitulé «Le pouvoir», que quiconque peut obtenir tout ce qu’il désire: argent, amour, santé, etc.


Mais attendez un peu… n’était-ce pas déjà ce qu’on nous disait dans «Le secret»? Pour en avoir le coeur net, je me suis astreint à la tâche de lire «Le pouvoir» de Rhonda Byrne, afin de vous livrer sur BlogParanormal.com, comme toujours en exclusivité mondiale, ma critique de ce bouquin qui vient d’être publié en français.

(Petite parenthèse: la version française de ce livre devait se trouver en librairies dès le 9 septembre 2011. Des représentants de Guy Trédaniel Éditeur m’ont confirmé cette date et m’ont indiqué qu’il s’agissait d’une édition destinée au public de France, de Suisse et de Belgique. Au Québec, le dernier-né de Rhonda Byrne est publié par la maison d’édition «Un monde différent». En ce qui me concerne, j’ai lu la version originale anglaise – intitulée «The Power» – qui est sur le marché depuis un peu plus d’un an.)

Un bref aperçu du «Pouvoir» de Rhonda Byrne

Ce sera très court. «Le pouvoir» de Rhonda Byrne tient en un mot: l’amour. Attention: il n’est pas question de dire qu’on a davantage de chances de réussir un projet qu’on aime; ce serait une lapalissade pas particulièrement attrayante, surtout s’il faut fournir des efforts pour accomplir ses objectifs. Une approche ésotérique voulant qu’une simple attitude intérieure réalise magiquement un succès facile est un argument beaucoup plus vendeur.

«Le secret» disait révéler la soi-disant «loi de l’attraction» (pas celle d’Isaac Newton mais une loi «psychique» voulant qu’on attire à soi les choses et les personnes qui occupent nos pensées) tandis que «Le pouvoir» se contente de préciser que le «moteur» de cette hypothétique loi universelle est l’amour. La pensée magique de base est strictement la même. Pourquoi changer une formule gagnante (pour Rhonda Byrne, il va sans dire ;-) )?

Voilà donc l’essentiel du «Pouvoir» de Rhonda Byrne, qui tente ensuite, tout au long de son livre, d’illustrer cette pensée binaire ultra-simpliste avec des anecdotes, des citations… et les mêmes arguments tirés d’une interprétation pour le moins non orthodoxe de la physique quantique et des univers parallèles, ce qui justifie le fait de classer ce billet dans la rubrique Paranormal.

«Le secret» contre «Le pouvoir»

Si l’on s’amuse à comparer «Le secret» et «Le pouvoir», on ne pourra s’empêcher de remarquer des ressemblances frappantes, à commencer par la structure de deux livres. Plusieurs des chapitres ont en effet des titres pratiquement identiques, pour peu qu’on remplace le mot «secret» par «pouvoir». «Le secret et l’argent» devient «Le pouvoir et l’argent», même chose pour les relations amoureuses, la santé, la vie en général, etc., ce qui explique d’ailleurs l’étrange sensation de déjà vu qui s’empare de nous lorsqu’on commence à feuilleter ce livre. ;-)

La présentation (très soignée, il faut bien l’avouer) des deux livres est aussi étrangement similaire: des anecdotes répétitives de Rhonda Byrne entrecoupées par une abondance de citations, qui proviennent plus souvent qu’autrement d’auteurs aujourd’hui décédés dont les ouvrages sont passés dans le domaine public.

En cela, «Le pouvoir» se distingue du «Secret», car ce dernier mettait en vedette des «experts» en motivation toujours en vie et donc susceptibles de demander une part du gâteau. Pourquoi devrait-on partager quand on peut conserver tout le pactole pour soi-même? ;-)


Sinon, le contenu des deux ouvrages est très similaire en ce qui me concerne : Rhonda Byrne expose le même ragoût magique (indigeste) voulant que la pensée et l’émotion puissent influencer directement des événements extérieurs. Bref, qu’on pourrait manipuler l’univers, grâce à une espèce de psychokinèse cosmique, afin de satisfaire tous nos petits caprices. Et elle utilise les mêmes arguments pour plaire aux lecteurs, en répétant sans cesse que nous sommes tous le centre d’un univers magique qui pourrait, tel le génie de la lampe d’Aladin, réaliser tous nos souhaits.

«Le pouvoir» était-il nécessaire? Pourquoi avoir fait un autre livre avec ce qui aurait dû être une simple note de bas de page dans l’ouvrage précédent? Il faudrait questionner Rhonda Byrne pour connaître ses motivations réelles. Peut-être commençait-elle à manquer de fonds, ou peut-être voulait-elle s’offrir quelques nouvelles petites gâteries onéreuses.

Quoi qu’il en soit, souhaitons-lui la meilleure des chances pour qu’elle puisse déposer définitivement sa plume et épargner au monde un éventuel troisième tome qui ne fera que ressasser les mêmes préceptes magico-religieux. Mais les choses ne s’annoncent pas très bien; les ventes de la version anglaise du «Pouvoir» ayant été nettement plus modestes que celles du «Secret», qui figure encore aujourd’hui dans la liste des best-sellers du New York Times. Doit-on craindre d’autres déclinaisons de ce succès de librairie? C’est probable. En tout cas, Rhonda Byrne et ses éditeurs viennent de nous démontrer qu’ils sont prêts à presser le citron jusqu’à la dernière goutte. Et ce citron semble être particulièrement juteux. ;-)

Vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout apprécié «Le pouvoir» de Rhonda Byrne. Je dirais même plus: les 22 euros que coûte ce livre seraient certainement mieux dépensés en l’offrant à une organisation caritative ou à une personne qui en a vraiment besoin, ce qui conférerait d’ailleurs un tout autre sens au mot «amour». ;-)

Et pour terminer cette critique sur une touche d’humour (malheureusement involontaire), je vous invite à visionner ci-dessous la bande-annonce de ce livre. Avec chant choral grandiose, effets spéciaux et tout et tout. Un régal d’ironie pour qui saura l’apprécier.

Lire aussi:


83 réponses à “Le pouvoir de Rhonda Byrne, un livre d’amour (et d’argent)”

  1. Ledisparu dit :

    Bonjour à tous,

    Je veux juste apporter une déduction personnelle. Le Prof. Dr. John Dylan Haynes a démontré que l’inconscient faisait un choix bien avant que nous en ayons conscience (environ 10 à 15 secondes avant).

    De ce fait, il est peut-être utile de considérer le fonctionnement de cet inconscient, de déterminer quels sont ses critères pour faire des choix. (Juste avant, je tiens à préciser que l’inconscient gère les fonctions vitales du corps et qu’il s’en sert donc de support pour faire passer certains messages…)

    A la vue des études en neuroscience, il s’avère que l’inconscient accepte tout ce qui vient de nous, comme étant un choix. Selon le principe de l’inconscient, tout ce qui vient de nous est bon pour nous…

    Il est un fait que l’inconscient ne perçoit pas les négations. Si je vous demande de ne pas tenter d’imaginer la tête que j’ai, que se passe-t-il ? Eh oui je sais, vous avez tenté de deviner la tête que j’ai lol.

    Autre chose ! Le cerveau ne fait pas la différence entre « fiction » et « réalité » en ce sens que toute émotion est vraie pour lui. Vous avez autant d’émotions devant un film ou en lisant un livre que dans certaines situations très concrètes. C’est une des preuves évidente que tout le monde peut constater, mais les EEG le démontrent clairement, ainsi que les logiciels de bio-feedback (mesure de la variation du rythme cardiaque).

    Qu’est-ce qu’une émotion ? Une émotion est une énergie de mouvement. Alors, si vous pensez à quelque chose et que vous le nourrissez d’une émotion, vous dites à votre inconscient : « C’est ça que je veux ! ». Et il va le chercher pour vous dans tout le flot d’informations qui circule à la fois en vous et autour de vous.

    Les images et les sons font office de support pour l’émotion, mais c’est bien l’émotion qui prime. Si vous vous imaginez riche et heureux mais que vous ressentez de la frustration, vous dites à votre inconscient : « Je désire être frustré ».

    Les émotions sont un moyen de dialoguer avec l’inconscient. C’est d’ailleurs pour cela que la visualisation est efficace, parce que nous avons plus facilement accès à des émotions lorsque nous sortons des cadres de la réalité établie.

    Par exemple, imaginez-vous un fluide qui traverse votre corps et qui rétabli l’équilibre en vous… Cela n’existe pas dans la réalité, pourtant vous pouvez l’imaginer et l’émotion de se sentir bien peut se créer. Vous dites alors à votre inconscient : « C’est ça que je veux ! ».

    Pour ce qui est du Secret de Rhonda Byrne, je veux juste retenir que peu importe que nous focalisions sur ce que nous désirons concrètement ou pas, l’émotion est le déclencheur. Peu importe le moyen que nous utilisons pour accéder à ces émotions, l’inconscient comprendra parfaitement et se mettra à « calculer » et à « créer » ce qui correspond.

    Puisque je travaille dans la vente, je suis obligé d’admettre que mes émotions ont une énorme influence sur les relations que j’entretiens avec les autres. Et je vois beaucoup de monde… Est-ce que ça s’explique scientifiquement ? Oui ! Y a-t-il réellement besoin de la science ou d’un film pour nous apprendre cela ? Je ne sais pas.

    Soyons fous et disons que tous les chemins mènent à Rome. Une chose est sûre, le vrai Secret est en nous.

    J’espère que ce message vous aura donné quelques indices concernant le fonctionnement de l’inconscient et de l’impact de nos émotions. Je veux terminer par un proverbe : « Méfie-toi de ce que ton coeur veut, car c’est ce que tu obtiendras ».

    A plus ! ;)

  2. Orphee dit :

    Cher disparu, c’est très intéressant et « réaliste » , même si la « réalité » n’existe pas ;-)

    Le paradoxe apparent est que la vie se crée, s’organise et se définit elle-même. Nous sommes donc relativement libres, par notre propre vouloir, de la trouver blanche ou noire, bouillante ou froide… et de la rendre à nos yeux selon notre véritable position.
    le mendiant peut y être riche et le riche désespérément pauvre.

    Cependant Rhonda et ses commerciaux nous vendent du vent. :-)

  3. Ledisparu dit :

    Cher Orphee,

    Je suis d’accord avec toi sur le principe de choix. Le sens que nous donnons à quelque chose prime sur la chose elle-même. Il est évident qu’une personne peut se sentir seule en plein milieu d’une foule (d’amis ou pas), tandis qu’une autre peut se sentir en connexion avec l’univers tout entier alors qu’elle est totalement isolée du monde.

    Rhonda et ses commerciaux nous vendent donc de l’information, et toute information prend le sens qu’on veut bien lui donner. J’ai personnellement décidé de me servir de ce film pour mieux comprendre leur stratégie de vente par exemple lol. Je m’en suis servi aussi pour récupérer quelques informations-clés sur la manière dont fonctionne le cerveau et j’ai poussé mon exploration plus loin.

    J’ai également passé un agréable moment devant ce petit film, où je me suis autorisé une pause, et où je me suis laissé aller à révasser tranquillement quelques instants. Je crois par conséquent que même le vent peut être utile à celui qui se demande quoi en faire. Alors oui, ils nous vendent du vent et nous pouvons en faire quelque chose ou pas. C’est toujours une question de choix.

    Je tenais à écrire cette petite réponse par rapport à une de mes valeurs principales qui est l’objectivité. J’ai déjà entendu dire une fois que l’objectivité, dans les rapports humains, était impossible à atteindre. Alors je veux donner ma définition de l’objectivité à ce niveau-là : « L’objectivité relationnelle est l’art de se rapprocher de la subjectivité des autres ».

    En ce qui concerne les faits, puisque la réalité existe uniquement pour nous en relation avec notre perception de cette réalité et de nos choix (qui découlent de nos questions), tout est potentiellement utile non ?

    En répondant à ton message, je cherche surtout à être le plus en accord possible avec la vie elle-même en énonçant quelques informations qui semblent être des évidences (à mes yeux du moins). Je suis impartial et je considère que tout est potentiellement bénéfique dans le contexte approprié.

    Qu’est-ce que veut dire « bénéfique » ? Qu’est-ce qu’un « contexte approprié » ? Nous en reparlerons peut-être à l’occasion :P . En attendant, je vous souhaite à tous et toutes une excellente journée. Un petit clin d’oeil à toi en particulier Orphee ;) .

  4. Trollju dit :

    Merci Ledisparu de partager votre interprétation des oeuvres de Byrne – c’est également la mienne et je commençais à désespérer (entre ceux qui y croient aveuglément et ceux qui n’y croient pas du tout) et j’aurais bien eu du mal à la formuler aussi bien que vous l’avez fait.
    Pour ma part, je n’ai pas du tout aimé le film du Secret : trop tape à l’oeil et avec un rapport pas net avec les pseudo-sciences à mes yeux pour être tout à fait honnête dans son intention (le désir de faire vendre et de convaincre est manifeste).
    Mais avec du recul, je comprend que ça puisse être utile à certains – après tout, c’est une façon comme une autre d’appliquer des méthodes de focalisation de l’intention à l’efficacité indéniable.
    J’avoue que je ne comprends juste pas le besoin d’enrober tout cela de mysticisme et de physique quantique : est-il bien nécessaire de s’imaginer, par exemple, que la méditation a des pouvoirs mystérieux et surnaturels pour en apprécier les bienfaits ?
    Il faut croire que pour beaucoup la réponse est oui…
    La vie actuelle est-elle à ce point terne qu’il faille la ré-enchanter comme elle a pu l’être avant le modernisme ?

  5. Ledisparu dit :

    Salut tout le monde ! Je suis content d’avoir pu exprimer une partie de ta pensée Trollju. Je tiens d’ailleurs à te répondre.

    Premièrement, même si je donne mon avis sur les oeuvres de Byrne, je donne surtout mon avis sur notre capacité d’être responsable de nos choix, ne serait-ce qu’en décidant de nos questions et en étant attentif à nos émotions. Aujourd’hui, beaucoup de méthodes simples et efficaces permettent de gérer ses émotions, chacun peut en trouver une qui lui convient.

    Deuxièmement, j’aimerais te parler de la vente lol, ou plutôt de communication. Tu demandes si la vie actuelle est si terne qu’il faille la ré-enchanter. Je pense que la vie apparaît à chacun sous l’angle à partir duquel il la regarde. Il est peut-être vrai aussi que le système participe à ce phénomène de conditionnement global en ne nous en montrant que certains aspects qui bénéficient à une certaine élite…

    Maintenant, comment déplace-t-on des montagnes ? Pierre par pierre, évidemment ! Cela dit, combien de temps est-ce que cela peut prendre ? Une éternité, c’est vrai… Avec l’action conjugée de plusieurs personnes, il est compréhensible que la tâche sera plus rapide.

    La communication est donc l’accélérateur de toute oeuvre, car il n’y a rien que nous puissions réellement faire tout seul si l’on reste objectif. Partant de ce principe, si l’on se demande comment réunir un maximum de gens à notre cause, il est nécessaie de les intéresser. Certains se focalisent plus sur l’apparence, d’autres davantage sur ce qu’ils entendent et comprennent, quelques-uns n’écoutent que leur dialogue interne, certains sont beaucoup plus sensibles à leurs ressentis, à ce qu’ils peuvent toucher, etc.

    Intéresser un maximum de personnes c’est donc jouer sur tous les tabeaux, pour avoir une chance de toucher la plupart. Nous sommes habitués à la technologie, aux effets spéciaux, alors ils en font davantage pour nous toucher.

    C’est comme ce cuisinier qui voudrait te faire « redécouvrir » un plat que tu connais déjà très bien. Il est alors obligé de te surprendre, d’innover, de jouer sur la forme, sur l’odeur, sur le goût lui-même, sur le décors, de broder une belle histoire autour du plat, etc. C’est pareil aujourd’hui avec les médias… Un jour peut-être serons-nous lassés de tout le superflux et alors il se pourrait que nous focalisions sur le message lui-même et sur l’essentiel. D’ailleurs j’aime me poser la question suivante : « Qu’est-ce qui est essentiel pour moi dans tout cela ? ».

    Le but de ce genre de film est de vendre, c’est certain, mais pourquoi ça touche autant de monde ? Parce qu’ils ont compris une idée de base : « Pour réaliser ses objectifs, il faut permettre aux autres de réaliser leurs objectifs ». Bon, il semble qu’ils aient déformé cette notion par : « Pour atteindre ses objectifs, il faut donner l’impression aux autres qu’ils peuvent atteindre leurs objectifs à travers nos idées et nos outils » lol.

    C’est une perversion de surface… Pour autant, et je le rappelle, celui qui cherche quelque chose de spécifique le trouve. Pourquoi est-ce que je rappelle cela ? Tout simplement parce que je crois que plus on cherche à comprendre ce qui ne va pas, moins on construit autre chose.

    C’est un peu comme dans une maison où il y aurait des rats au grenier. En mettant des pièges, en fait on nourrit les rats, parce qu’ils sont souvent plus malins qu’on pourrait le penser et qu’aucun piège n’est parfait. Pour un rat tué, trois sont nourris. Je considère plus propice de nourrir de gros chats (surtout si on aime les chats lol)…

    Dans la vie, c’est un peu pareil. Il ne s’agit pas de se protéger ou de lutter, mais bien de construire autre chose. Si nous maîtrisions tous la communication, personne ne pourrait s’en servir contre nous. Comme un parent ne peut pas exister sans enfants, un manipulateur ne peut pas exister sans les personnes manipulables (c’est-à-dire les personnes qui ne connaissent pas les techniques de manipulation).

    Pour résumer ma pensée je dirais que nous avons tous le choix de nous servir de tout. J’ajouterais qu’il est certainement plus approprié de construire ce qu’on veut voir apparaître, plutôt que de lutter contre ce qui ne nous correspond pas. Pour construire il faut développer autant de force que pour ne pas être détruit… Peut-être que ce proverbe dit vrai : « La seule chose pour laquelle il vaut la peine d’être prêt à mourir, c’est de vivre ».

    Cher Trollju, mon humble conseil serait de t’inciter à déterminer clairement ce que tu veux et de savoir pourquoi cela est important pour toi. Ensuite demande-toi pourquoi cela est possible et pourquoi tout ce qui va t’arriver te guidera inévitablement vers ton but. Je veux un monde qui ressemble au paradis sur terre (selon ma conception du paradis bien sûr), mais j’ai perdu tellement de temps à lutter contre l’enfer que j’ai oublié de commencer à construire. Ne fais pas la même erreur que moi, sois plus malin ;) .

    Aujourd’hui je fais de mon mieux pour réaliser mes ambitions, je me sers de tout ce qui se présente. En analysant ce qui est destiné à me nuire, j’apprend beaucoup et je réalise que je peux en faire quelque chose d’utile pour moi et potentiellement pour les autres si je replace tout dans le bon contexte. Chacun peut en faire de même, y compris toi !

    Je te souhaite une bonne journée, ainsi qu’à vous tous ! :)

    • Trollju dit :

      Merci pour ces conseils, Ledisparu !
      Ceci dit, tu prêches à un converti et il y a déjà plus d’un an que je m’intéresse au développement personnel – c’est d’ailleurs par lui que je suis tombé sur Le Secret.

      Je ne peux que confirmer que d’un point de vue communicationnel et marketing, l’œuvre de Byrne est bien fichue, mais d’un point de vue didactique et intellectuel, j’y vois de très nombreuses faiblesses :
      1- le film ne rend pas compte de toutes les facettes de la loi d’attraction (que je nommerai LoA pour plus de facilité) : il est clairement dit par les « fondateurs » de cette croyance qu’il est nécessaire de passer à l’action pour quoique ce soit se produise. Cet aspect est très peu présent dans le film, au profit d’une vision fortement imprégnée de pensée magique. Il n’est jamais dit dans la LoA que l’univers est « un génie qui exauce nos vœux ». Par contre on insiste fortement sur l’idée qu’il faut s’aider et se donner les moyens pour que l’univers nous aide en retour – on est loin d’un génie de la lampe !
      2- toutes les sources utilisées sont franchement douteuses : citations balancées hors contexte, interview de gourous basés sur le principe que « la parole fait foi », vision mystique de la physique quantique qui – contrairement à ce qu’elle affirme – est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique.
      3- du sensationnalisme à outrance, bien lourd du genre « je veux vous convaiiiiiiiiiincre !!!! ».

      Bref, pour moi c’est vraiment de l’amateurisme : il y a bien peu de rigueur et on a vraiment l’impression de lire/regarder une sorte de « loi d’attraction pour les nuls ». Pas vraiment l’idée que je me fais de la sagesse…

      Maintenant, une fois qu’on a fait tri du grain de l’ivraie, je ne dis pas; mais j’en connais tellement qui prennent tout cela au pied de la lettre sans le moindre recul que je me demande s’il a fait autant de bien que ça, ce fameux Secret.
      Par exemple, les dérives commencent à se faire voir; la tyrannie de la pensée positive pointe déjà son nez :

      humansideofcancer.com/chapter2/chapter.2.htm

      Est-ce une si bonne idée de s’appuyer sur l’obscurantisme naturel de l’être humain quand on sait ce que ça peut donner (fanatisme, absolutisme, scientisme, guerres de religions, etc.) ? Je n’en suis pas aussi convaincu que toi…

    • Trollju dit :

      >>Pour ce qui est du Secret de Rhonda Byrne, je veux juste >>retenir que peu importe que nous focalisions sur ce que >>nous désirons concrètement ou pas, l’émotion est le >>déclencheur. Peu importe le moyen que nous utilisons >>pour accéder à ces émotions, l’inconscient comprendra >>parfaitement et se mettra à « calculer » et à « créer » >>ce qui correspond.

      Ça je le comprend aisément, mais il y a des limites, et cette limite c’est la pensée magique et le désir de tout contrôler. Pourquoi le Secret a-t-il tant de succès ? Parce que l’homme a toujours rêvé de pouvoir tout contrôler dans sa vie et voilà qu’on lui offre la formule magique sur un plateau.
      Tu sais tout aussi bien que moi que la vie est bien trop complexe pour que nous puissions la contrôler de A à Z. Byrne vend du rêve, certes, mais il y a un temps pour rêver et un temps pour être dans la vie réelle – et dans la vraie vie, il nous faut apprendre que nous ne sommes pas omnipotent, que ça nous plaise ou non.