Voyage vers la Terre creuse - Blog du paranormal et de l'insolite

Voyage vers la Terre creuse

Rédigé par JC le — Publié dans Insolite

Si tout se déroule selon les plans des organisateurs de la North Pole Inner Earth Expedition (NPIEE), un brise-glace nucléaire russe voguera bientôt vers le pôle Nord afin d’y tester l’hypothèse pour le moins insolite voulant que la Terre soit creuse et qu’il existe de vastes ouvertures aux pôles. (Ci-contre une illustration du livre The Phantom of the Poles de William Reed.)

Le 4 juillet 2007, le navire devrait quitter Murmansk en Russie avec à son bord une centaine de scientifiques, ingénieurs, cinéastes, photographes, experts en communications et, bien entendu, des «exopoliticiens» au cas où l’équipage rencontrerait un hypothétique peuple intraterrestre vivant dans les entrailles de notre planète.

Si elle a lieu, car l’Advanced Planetary Explorations devra d’abord réunir environ 2 millions de dollars pour la financer, l’expédition sera filmée et l’équipe en tirera un documentaire. Détail succulent tiré de la page qui présente le projet :

«Parmi les aspects les plus importants de cette mission, il faudra établir et maintenir [un état de] conscience [à bord] du navire au niveau le plus haut possible pendant les 13 jours.»


Pourquoi? C’est que, selon la curieuse théorie des organisateurs, la Terre pourrait être pleine dans notre univers tridimensionnel mais creuse dans la quatrième ou la cinquième dimension (!), et un état de conscience modifié serait nécessaire pour accéder à cette «autre réalité». Et comme un seul membre de l’équipage n’arrivant pas à «s’élever» vers les autres dimensions pourrait gâcher l’expérience, ça fournit une explication toute faite devant l’échec. ;-)

L’idée d’une Terre creuse, une coquille vide sur laquelle nous vivrions, n’est pas récente. Cependant, cette hypothèse date d’une époque où les connaissances physiques, astronomiques et géologiques étaient encore rudimentaires.

À l’époque moderne, le premier modèle d’une Terre creuse aurait été avancé en 1693 par l’astronome et mathématicien anglais Edmond Halley (oui, celui qui a laissé son nom à la célèbre comète). Pour expliquer les mouvements des pôles magnétiques terrestres, il imagina que la Terre sur laquelle nous vivons pourrait n’être qu’une coquille, d’une épaisseur de 800 km, qui contiendrait deux autres coquilles et un noyau plein, à la façon des poupées russes.

En 1818, John Cleves Symmes (1779-1829), reprend l’hypothèse d’une Terre formée d’une série de sphères creuses concentriques et ajoute d’immenses trous aux deux pôles, ce qui l’amène à proposer une expédition au pôle Nord mais elle n’aura pas lieu de son vivant.

Plus tard, la perspective d’une Terre creuse enflamme l’imagination d’auteurs de fiction, en particulier Jules Verne qui publie en 1864 son roman Voyage au centre de la Terre, aventure au cours de laquelle une petite équipe menée par un géologue accède, en passant par la cheminée d’un volcan éteint d’Islande, aux entrailles de notre planète pour y découvrir un monde peuplé de créatures préhistoriques. Citons également Edward Bulwer-Lytton avec son livre Vril: The Power of the Coming Race (La race qui nous supplantera) en 1870, qui raconte les aventures d’un ingénieur découvrant un monde souterrain peuplé de descendants des Atlantes qui disposent d’une puissante source d’énergie nommée «vril».

Je n’ai pas l’intention de faire un historique complet de l’évolution de cette théorie, pour cela je vous invite à lire l’article Théories de la Terre creuse sur Wikipédia, mais je voulais souligner au passage qu’un des premiers «ésotéristes» à récupérer cette idée semble avoir été Helena Petrovna Blavatsky (photo ci-contre), cofondatrice de la Société théosophique, qui mentionne l’hypothèse de la Terre creuse dans son livre Isis dévoilée (1877). Aujourd’hui encore, des ouvrages «ésotériques» peuplent l’intérieur de la Terre (l’Agharta et Shambhala) avec des «êtres très avancés». Pour vous en convaincre, faites une recherche sur Amazon avec «hollow earth» ; vous trouvez des ouvrages présentés comme étant de la fiction mais aussi d’autres livres écrits par des gens qui disent avoir été contactés télépathiquement par des êtres qui vivraient sous nos pieds…

De retour aux oeuvres dont les auteurs prétendent qu’elles ne sont pas fictives : en 1913, Marshall Gardner publie un livre intitulé Un voyage vers l’intérieur de la Terre. Gardner dit s’inspirer de la théorie de Symmes et, d’après ce qui j’ai pu trouver sur Internet, il semble être le père de la théorie de la Terre creuse qui connaît encore un certain succès de nos jours, c’est-à-dire une coquille vide percée aux deux pôles avec, à l’intérieur, un soleil et des continents.

(Pour l’anecdote, Marshall Gardner a obtenu un brevet américain pour l’invention d’un globe terrestre permettant de voir des continents qui tapissent la paroi interne. Sur le site de l’United States Patent and Trademark Office, on peut lire dans la description du , accepté le 12 mai 1914, lignes 53 à 61 :

«Sur la surface externe du globe, on trouve les indications ou les cartes géographiques usuelles qui illustrent ou indiquent les continents du monde. Sur la surface intérieure, il y a aussi des indications géographiques des continents qui, selon la théorie de l’inventeur, existent sur la surface intérieure du globe.»

Plus loin (lignes 106 à 109), Marshall Gardner précise dans son brevet qu’une lumière (le soleil intérieur) placée au centre de son globe est aussi en accord avec la théorie de l’inventeur.)

Plus récemment, dans les années 1960 (et contrairement à ce qui est dit sur la plupart des sites Web, il semble que la première édition date de 1963), un certain Raymond Bernard (Walter Siegmeister, de son vrai nom) publie The Hollow Earth (La Terre creuse), le livre qui est probablement, encore aujourd’hui, une des références pour les supporters de cette étrange théorie, et qui cite abondamment les livres de Gardner et de Reed. (Ci-contre, un modèle de Terre creuse présenté dans le livre de Raymond Bernard.)

Dans l’avant-propos de son livre, Raymond Bernard annonce sa position au tout premier paragraphe :

«On suppose généralement que la Terre est une sphère solide avec un noyau brûlant de métal en fusion. Nous allons apporter la preuve scientifique que la Terre, en réalité, est creuse et ouverte aux deux pôles, et qu’il existe à l’intérieur une civilisation avancée, créatrice de ces soucoupes volantes qui viennent observer (ou espionner) à intervalles réguliers la surface de notre globe.»

Eh oui, rien de moins que les ovnis. ;-) Un chapitre de son livre la Terre creuse évoque la possibilité qu’une «super civilisation», formée des rescapés d’hypothétiques continents disparus (Atlantide ou Lémurie), ait trouvé refuge à l’intérieur de la Terre et nous visite en soucoupe volante depuis le début des explosions nucléaires pour nous avertir du danger qui nous menace (n’oublions pas que ce bouquin a été écrit dans les années 1960).

Des arguments en faveur d’une Terre creuse ?

Qu’en est-il des preuves scientifiques qu’on nous fait miroiter? Raymond Bernard avoue baser son hypothèse de la Terre creuse sur les ouvrages de William Reed et Marshall Gardner, et sur son interprétation des récits des expéditions polaires de l’amiral américain Richard Byrd. En fait, il n’apporte rien de bien nouveau aux propos de ses prédécesseurs, sauf peut-être l’ajout des ovnis pour remettre la vieille théorie au goût de l’époque.

Amusons-nous un peu en examinant certains de ces «arguments scientifiques» censés prouver la théorie de la Terre creuse (la liste n’est pas exhaustive, il faudrait probablement un livre complet pour «déboulonner» toute cette théorie avec des explications détaillées ;-) ). Plusieurs de ces arguments ont été avancés au début du XXe siècle, à une époque où l’on ne connaissait pas d’explications scientifiques satisfaisantes pour certains phénomènes, mais ils sont quand même cités plus tard par Raymond Bernard même s’ils étaient compris à l’époque où il a écrit son livre :

Citant Gardner, qui cite lui-même un article du Scientific American de 1916, mais en faisant une comparaison injustifiée, Bernard souligne que les nébuleuses planétaires «présentent un anneau plus ou moins régulier, une sorte d’écorce ou de coquille, généralement avec une étoile centrale». C’est vrai mais, en dépit de leur nom qui a été conservé pour des raisons historiques, ces nébuleuses n’ont absolument rien à voir avec la formation des planètes. Les nébuleuses planétaires sont formées lorsqu’une «une petite étoile [...] a fini de consommer tout son hydrogène, puis son hélium, son cœur s’effondre pour former une naine blanche, tandis que les couches externes sont expulsées par la pression de radiation» (Wikipédia).

«Au centre de chaque planète, une partie du feu originel constitue le soleil central», écrit Raymond Bernard. L’auteur semble ignorer que ce «feu central» brille à cause des réactions thermonucléaires qui s’y produisent, et qu’il faut une accumulation de matière très importante pour les amorcer, au minimum de 0,08 masse solaire. Cette masse stellaire minimale correspond à plus de 10 000 fois la masse totale de la Terre… comment voudriez-vous faire rentrer tout ça à l’intérieur d’un creux dans notre planète? Article sur les étoiles sur Wikipédia.

Le «soleil intérieur» produit les aurores boréales. Explication : on sait que les aurores polaires sont produites par les collisions entre les particules du vent solaire et les molécules des gaz de la haute atmosphère. Cette idée date du premier modèle proposé par Edmond Halley. Article sur Wikipédia.

Présence de pollen et de poussière dans la neige de l’extrême nord, des particules qui proviendraient de l’intérieur de la Terre selon Bernard. Explication : on sait que des grains de pollen peuvent être transportés par les vents sur des milliers de kilomètres.

Les icebergs sont constitués d’eau douce (parce qu’ils auraient été formés à partir de l’eau de fleuves qui couleraient dans la Terre creuse) alors que l’Océan Arctique est évidemment composé d’eau salée. Explication : les icebergs sont des blocs de glace se détachant des glaciers, qui ont eux-mêmes été formés par l’accumulation de neige (donc d’eau douce).

Et puis… un argument massue : les photos des satellites de la NASA ne montrent pas d’ouverture aux pôles. Vues du pôle Nord et du pôle Sud.

Pour enfoncer un peu plus le clou, ajoutons que la gravité à l’intérieur d’une sphère creuse uniforme est nulle. Si l’on se place au centre, on comprend bien que l’attraction de chacune des parties de la sphère extérieure est totalement annulée par la contribution de la portion située aux antipodes (puisque la force d’attraction est égale en grandeur et dans le sens opposé). Résultat final, il n’y a pas d’attraction résultante. En outre, on peut démontrer mathématiquement que le résultat est le même pour tout point à l’intérieur de la sphère creuse. Vous ne me croyez pas? Vous avez raison de vous méfier… mais serez-vous convaincu par une démonstration hébergée par le site de la Nasa?

Mais comme la Terre tourne, la force centrifuge aurait tendance à plaquer les objets à l’intérieur d’une sphère creuse contre les parois, dans le sens inverse de la gravité à la surface, et agit comme une «gravité». Toutefois, cette force à l’intérieur d’une hypothétique Terre creuse serait très faible : 0,34% de l’accélération gravitationnelle à l’équateur et une diminution progressive pour atteindre 0,06% de g près des pôles (pour une ouverture polaire de 2300 km).

Ce n’est pas tout. Une planète creuse contredit tout ce que l’on sait de la formation du système solaire et des planètes et, comme toute la masse d’une hypothétique Terre creuse devrait être concentrée dans la coquille, la masse volumique serait considérablement augmentée. Je vous épargne les calculs mais je parviens à une densité de plus de 11,4 en utilisant les chiffres avancés par Raymond Bernard (épaisseur de la coquille terrestre : 1300 km).

Cette densité moyenne a de quoi étonner quand on sait que celle de la croûte terrestre est de l’ordre de 2,8 à 3,0. Quelle pourrait donc être la composition de cette hypothétique coquille? Indice : il faudrait des métaux très denses et en très grande quantité car la densité moyenne calculée ci-dessus correspond à peu près à celle du plomb… ;-)

Voilà. Vous avez compris que tous les arguments soi-disant en faveur de la théorie de la Terre creuse ne tiennent pas devant la science actuelle. Il est vrai que nous ne sommes jamais allés assez profondément pour vérifier mais les séismes sont un excellent outil pour sonder l’intérieur de la planète et le modèle actuel de l’intérieur de la Terre a d’ailleurs été construit en bonne partie grâce à la sismologie. Si le sujet vous intéresse, l’article Histoire d’un mystère : l’intérieur de la Terre en vaut le détour.

Face à tous ces arguments, comment la théorie de la Terre creuse peut-elle encore séduire? Honnêtement, je ne le sais pas mais, quand l’évidence est trop flagrante comme dans le cas des photos satellites qui ne montrent pas de trous aux pôles, les supporters semblent avoir recours aux théories du complot: le gouvernement américain truque les photos afin de camoufler les hypothétiques ouvertures polaires.

La théorie de la Terre creuse a-t-elle encore un avenir? Qui sait? Comme il serait extrêmement difficile d’aller à des profondeurs suffisantes pour constater de visu que notre planète est bien pleine (et on ne compte pas le faire dans un avenir prévisible), il restera toujours un doute dans l’esprit des personnes qui se soucient peu des sciences et qui se laissent enchanter par des histoires extraordinaires.

Si on prend l’exemple de la «Société de la Terre plate» (Flat Earth Society) qui, en dépit de la conquête spatiale, a joui d’une certaine vigueur jusqu’en 2001, l’hypothétique Terre creuse a probablement encore de beaux jours devant elle.


Est-elle encore assez populaire pour que les organisateurs de la North Pole Inner Earth Expedition puissent accumuler 2 millions de dollars? Ça, j’en doute… mais un milliardaire excentrique pourrait toujours manifester de l’intérêt pour ce projet, ne serait-ce que pour l’aspect commercial du documentaire que l’équipe compte produire. ;-)

_______________________________
Mention légale importante:

Je vous encourage à faire un lien vers cette page mais toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous copiez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de BlogParanormal.com, et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires. Afin de surveiller les copies non autorisées, cette page est protégée par Copyscape.com et CopyAlerts.com.


_______________________________

Lire aussi:


129 réponses à “Voyage vers la Terre creuse”

  1. Robert dit :

    Fiat Lux,

    Commencez donc par apprendre ce qu’est une théorie scientifiquement parlant.

    fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie

    ******Ne déformez pas ! J’ai dit que la science n’apportait pas toutes les réponses, sans faire allusion à quoi que ce soit.******

    Ne me dites pas que vous ne le sous-entendez pas, je commence à connaître votre façon de faire.

    ******C’est cela, vous avez confondu! Et je suis de la même veine que qui?*****

    Vous croyez bien en une intelligence supérieure non ? A ce titre, vous êtes un zozo comme celui qui croit aux pouvoirs magiques des « guérisseurs » philippins.

    ******Je ne relève même pas, c’est pénible à force !******

    C’est juste la vérité, et ce fait vous ôte toute crédibilité sur le sujet.

    ******Mon pseudo n’a absolument aucun rapport avec une secte, je condamne avec force les sectes ! Qu’allez-vous donc imaginer ? Fiat lux, est une locution latine, c’est tout !Je ne vous suis pas très bien*****

    Parano en plus, je ne faisais que souligner que vous avez le même nom qu’une secte sans faire le moindre rapprochement (moi je changerai de pseudo justement pour éviter l’amalgame).

    ******C’est bien ce que je disais, la science n’apporte pas de réponses satisfaisantes.******

    Si la science apporte des réponses satisfaisantes seulement quand la science ne sait pas elle le dit. Elle ne fait pas comme les rigolos qui assurent sans la moindre preuve que rien n’est dû au hasard et qu’une intelligence supérieure régit l’univers (ce qui est pire que de la spéculation).

  2. Robert dit :

    Au fait, vous connaissez ?

    ossmi.com/fiat-lux.htm

  3. Fleur sauvage dit :

    Voici une émission de radio sur la Terre creuse :

    rdwa.fr/La-theorie-de-la-terre-creuse_a2964.html