Ovnis, enlèvements extraterrestres et univers parallèles: entretien avec l’ufologue Jean Casault

Rédigé par JC le — Publié dans OVNI

ovnis enlevements extraterrestresJean Casault, animateur de radio et passionné par le phénomène des ovnis depuis plus de 40 ans, vient de publier un nouveau livre intitulé «Ovnis – Enlèvements extraterrestres – Univers parallèles. Certitude ou fiction?» (Éditions Quebecor, 2010).

J’ai profité de cette occasion pour interroger l’ufologue québécois Jean Casault sur son dernier bouquin, bien entendu, mais aussi sur l’étude des ovnis en général, le scepticisme, le lien possible entre la science-fiction et les «soucoupes volantes», sur les cas québécois d’observations d’ovnis les plus solides, etc. Je ne sais pas, mais quelque chose me dit que ça risque de chauffer dans les commentaires. ;-) (Comme toujours, les questions de BlogParanormal.com sont en caractères gras.)

Bonjour M. Casault, et merci de prendre le temps de répondre à nos questions. Pourriez-vous nous décrire brièvement votre expérience en ufologie? Depuis combien de temps faites-vous des enquêtes sur le terrain? Sur combien de cas (environ) avez-vous enquêté?


jean casaultJean Casault: Mon intérêt pour le sujet fut un véritable coup de foudre, une sorte d’épiphanie, survenue le 22 décembre 1966. Je n’avais que seize ans ce qui ne m’a pas empêché de fonder un premier groupe, la SRPM (Société de recherche sur les phénomènes mystérieux). Plus tard, en 1995, j’ai fondé le CEIPI (Centre d’étude et d’information sur les phénomènes inexpliqués). J’ai lancé un magazine (AFFA) et publié quatre ouvrages traitant d’ufologie, incluant ce dernier et un cinquième attendu pour le mois de juin chez le même éditeur (Quebecor).

Il est difficile pour moi de quantifier mes enquêtes mais je ne crois pas me tromper en évoquant un chiffre entre 275 et 325.

Quel est l’objectif de votre nouveau livre «Ovnis – Enlèvements extraterrestres – Univers parallèles. Certitude ou fiction?». Présentez-vous des faits nouveaux ou est-ce davantage un ouvrage de synthèse et de réflexion sur le problème des ovnis?

Jean Casault: Ce n’est pas une compilation de dossiers. Depuis l’avènement du Web, il est très facile de se documenter à ce niveau. Les dossiers que je présente sont là pour soutenir une série d’arguments spécifiques. Quant à présenter des faits nouveaux, je crois que oui, dans le sens que mon approche est effectivement une réflexion très élaborée portant notamment sur le processus d’accès à la connaissance de faits nouveaux, sur un point de vue psychologique. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai tenu à ce que mon livre soit préfacé par un psychologue professionnel, en l’occurrence Yvon Dallaire. Je cherche surtout à démontrer pourquoi l’ufologie est à ce point méprisée, victime d’un cynisme carrément exacerbant, et pourquoi un vocabulaire de ruelle est utilisé constamment pour décrire les témoins et les chercheurs, particulièrement ici au Québec.

Vous consacrez une partie importante de votre livre au scepticisme sur les ovnis et les «abductions». Quelle est votre position sur le sujet? N’est-il pas sain d’entretenir un doute raisonnable?

Jean Casault: Ma position est celle de tout chercheur intègre qui se donne la peine de s’attarder aux faits plutôt qu’aux apparences et aux perceptions: il se passe quelque chose de très sérieux, voilà ma position. Quant au doute auquel vous faites allusion, rappelons-nous les propos du père de la pensée cartésienne, René Descartes: «Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen». Tout est là. Le chapitre sur le scepticisme cherche également à établir la différence entre: être un sceptique et être sceptique. C’est énorme comme différence comme vous pourrez le constater.

Dans le titre de votre livre sur les ovnis apparaît le terme «fiction». Que pensez-vous de l’approche, surtout développée en France par des auteurs tels que Bertrand Méheust, selon laquelle les récits de rencontres rapprochées et d’enlèvements présentent un contenu «mythique» qui s’apparente à la science-fiction «pré-arnoldienne» (c’est-à-dire avant l’ère moderne des ovnis, déclenchée par l’observation de Kenneth Arnold en 1947)?

Jean Casault: Je traite abondamment de cette question dans mon livre, pas nécessairement des opinions de ce monsieur puisque j’intitule cela le «mythe des X-files». Il est tout à fait surréaliste de supposer que la littérature ou le cinéma, qu’ils soient antérieurs ou postérieurs à un phénomène quelconque, puissent être à l’origine d’une perception à ce point modifiée et suivie d’interprétation aussi radicale.

Cela me rappelle Pierre Chasteney, astronome montréalais qui prétendait que les ovnis du XXe siècle sont les croix de feu dans le ciel observées par les gens de l’époque médiévale. Il y a des limites à prendre les gens pour des imbéciles. D’une part, les gens normaux qui ne sont pas sous influence de quelque substance n’hallucinent pas! Les illusions d’optique existent mais rarement dans les cas de RR1, 2 et 3 (rencontres rapprochées). S’il est vrai qu’en cas d’accident de la route, pas un témoin ne rapporte la même chose, ils n’iront jamais jusqu’à dire que le camion de 18 roues a heurté le motocycliste quand c’est une Smart qui en est responsable. Le modèle psychosociologique tant prisé par les sceptiques est une véritable hérésie qui n’est soutenue que par ces gens-là. Que fait-on en plus des observations confirmées par plusieurs témoins provenant de secteurs plus ou moins éloignés? par radar? par des professionnels de l’observation (policiers en patrouille, militaires pilotes, etc.). Mais surtout que fait-on des 5 à 30% de dossiers inexpliqués et inexplicables qui, bon an mal an, persistent depuis 63 ans?

Quels seraient, selon vous, les meilleurs cas d’ovnis ou d’enlèvements au Québec?

Jean Casault: Ma réponse risque d’être très subjective puisque je suis un des premiers ufologues au Québec à avoir analysé ces dossiers d’enlèvements sur le terrain. Il y a bien les travaux du Docteur Jean-Roch Laurence à Concordia mais ils n’ont jamais été rendus disponibles, ni aux chercheurs ni au public. En tout cas, pas à ma connaissance. Dans mon livre, je fais état de deux enlèvements classiques que j’ai moi-même étudiés de très près. Quant aux meilleurs dossiers d’ovni, ce n’est pas par arrogance que je le dis, mais on est jamais si bien servi que par soi-même. Les dossiers sur lesquels j’ai travaillé sont donc, à mes yeux, très crédibles parce que je suis là pour les défendre. Pas les autres. Notez bien que je ne dirais jamais que les autres ne sont pas crédibles, c’est uniquement parce que je ne peux les défendre bec et ongles, n’ayant pas enquêté sur eux.

Par contre, je dois reconnaître que l’ovni de l’Hôtel Bonaventure n’est pas piqué des vers, et n’allez surtout pas ramener l’explication des projecteurs de l’autre immeuble: c’est faux. Il y a eu d’excellents ufologues au Québec, mon prédécesseur Henri Bordeleau, Bondarchuck et Ferguson, des gens de ma génération qui m’ont vivement impressionné. Il y en a d’autres évidemment mais le Québec est une terre stérile pour l’ufologie. Le cynisme est l’a priori de tout débat public sur cette question.

Des zététiciens français ont publié en 2007 un livre qui soulève des questions parfois troublantes sur des cas qui semblaient très solides (Les OVNI du CNES – 30 ans d’études officielles 1977-2007, David Rossoni, Éric Maillot, Éric Déguillaume). Que pensez-vous de ces contre-enquêtes? Les meilleurs cas québécois ont-ils également été réexaminés par des sceptiques?

Jean Casault: Je n’ai pas lu cet ouvrage, mais voyez-vous comme je n’ai pas enquêté personnellement sur les dossiers évoqués et moins encore sur les contre-enquêtes, il est difficile pour moi de prononcer un verdict avec tous ses effets de toges qui nous ramènent davantage en Cour des Assises plutôt qu’en ufologie. Très souvent les sceptiques, les éphectiques et les zététiciens confondent leurs opinions avec des faits, et une absence de faits avec une preuve d’absence du phénomène. Leur déni est systématique, à un tel point que j’ai formulé la devise du scepticisme: «Les ovnis n’existant pas, tout ce qui tend à démontrer le contraire est donc faux».

J’ai eu l’occasion d’avoir un sceptique authentique lors d’une enquête. Lorsque le témoin a évoqué un faisceau lumineux tronqué, le sceptique, un étudiant en optique, a clamé haut et fort que cela était impossible. Donc que l’observation était une fable, une invention ou une hallucination. Comme je l’explique dans mon bouquin, une enquête ufologique doit être menée comme le fait un enquêteur des crimes contre la personne: rien n’est faux, rien n’est vrai, tout est possible, il faut tout voir, tout entendre et ne jamais rien prendre pour acquis, dans un sens ou dans l’autre, tant que le coupable n’est pas derrière les barreaux.

En ce qui concerne l’ufologie, il y a du sang qui coule sous la porte et c’est bien du sang, alors enquêtons! Laissez-moi vous parler de la preuve maintenant. La preuve c’est le gars derrière les barreaux. En science, la preuve est l’aboutissement d’une recherche. Or, ici, on saborde la recherche sous prétexte qu’il n’y a pas de preuves. C’est absurde! Pourquoi l’ufologie serait-elle la seule discipline qui requiert une preuve avant même que la recherche ne débute ou ne soit terminée? Il n’y a encore aucune preuve pour démontrer hors de doute que la théorie des cordes est la bonne en physique quantique.

C’est pour cela qu’on poursuit la recherche, même sans preuve! Les sondes LISA prévues pour 2015, je crois, vont coûter des millions. Sans preuve! Or, voilà, on cherche, grands dieux, on cherche! En supposant que les ovnis ne sont pas des phénomènes naturels sous toutes les formes possibles et qu’ils sont en fait contrôlés par une IS (intelligence supérieure), est-il concevable de penser que si la preuve nous échappe c’est qu’elle ne tient pas encore à la fournir?

[NDLR: Après quelques recherches, Jean Casault ajoute:] Très souvent les sceptiques vont supposer qu’aucun observateur n’est qualifié pour rapporter un dossier d’ovni convenable. Ils vont jusqu’à dire: «Un astronome, un militaire, un policier, un pilote, ce n’est qu’un humain aussi, sujet à l’erreur». Ce n’est pas un argument, c’est de la prose! Une prose réductrice qui sous-entend à toutes fins pratiques qu’aucun témoignage n’est fiable.

Le témoin qui reconnaît parfaitement le tueur, le violeur ou le braqueur de banque ne devrait donc jamais comparaître en cour si on se base sur une telle affirmation. Il n’est pas fiable! Pousser à la limite de tous les retranchements possibles la fiabilité d’un témoin en ufologie est un exercice très facile pour le sceptique. Il suffit de semer le doute. Une autre tactique des sceptiques est d’inventer des alternatives à coup de «il y aurait pu y avoir…». Dans le cas de cet ouvrage auquel vous faites allusion, j’ai pu, après une petite recherche, me rendre compte que cette tactique a été employée. Je cite le commentaire d’un lecteur sur un site identique au vôtre (paranormal-info.com, Kirlian 23 décembre 2007)

«Les auteurs émettent ensuite (6e chapitre) des critiques sur le manque de rigueur dans la méthodologie de travail du GEPAN (classement des cas) ainsi que sur le traitement statistique des données, accusant le GEPAN de souffrir de biais cognitifs. Si ces critiques semblent justifiées, il est regrettable que les auteurs reproduisent de leur côté précisément ce qu’ils reprochent au GEPAN, à savoir des biais cognitifs. Cela apparaît en effet clairement dans le 6e chapitre sur le cas de Comberouger/Grisolles pour lequel les explications avancées s’accordent bien mal avec les descriptions du témoin principal.»

Brièvement, les zététiciens prétendent qu’une brume attachée à la haie avec un véhicule en marche derrière aurait très bien pu créer un effet semblable à celui décrit par le témoin. Or, la description du témoin parle d’un tube cylindrique violemment éclairé et que la peur qu’il a ressentie est telle que, même après trois ans, il ne s’aventure plus cette route. Pourquoi inventer cette alternative sans même savoir si brume et véhicule étaient bien là? Pourquoi passer outre le terme «violemment éclairé»? Parce qu’il est gênant? Le témoin a sans doute exagéré? Alors, voilà, ils tranchent. La frayeur du témoin même après trois ans ne compte pas, cela n’a aucune valeur, on s’en fout. C’était un véhicule en marche derrière une haie!

C’est sans doute ce qui a fait dire à Jean-Jacques Velasco, directement visé par les zététiciens dans ce livre, ce qui suit:

«J’attends toujours de la part de certains qui mettent en cause les enquêtes du CNES, dixit l’article de David Rossoni, Éric Maillot, Éric Deguillaume de «Pour la science» de janvier 2008, qu’ils m’apportent la moindre preuve de ce qu’ils pensent des hypothèses qu’ils avancent, s’ils en ont une un jour, du sujet que nous traitons.» (Entrevue avec Jean-Christophe Grelet, le 17 février 2008.)

Si les zététiciens s’arrogent le droit d’affirmer qu’il y aurait pu y avoir, pourquoi cela aurait-il plus de valeur qu’un témoin qui affirme qu’il y avait… D’ailleurs, j’aimerais vous ramener à une superbe déclaration d’un sceptique de profession:

«Je réclame aujourd’hui un vrai scepticisme: ni l’acceptation crédule de simples croyances, ni le rejet obtus du dénigreur qui se fait passer pour un sceptique. On devrait douter des croyants tout autant que des dénigreurs. Les réclamations négatives de pseudo-sceptiques qui offrent des explications faciles doivent elles-mêmes être sujettes à la critique.

Si les rapports compétents d’un témoin ayant vu quelque chose de très grande taille s’approcher (comme cela s’est produit), et que le dénigreur – qui naturellement n’était pas là – offre Vénus ou un ballon météo d’altitude élevée comme explication, la condition que des preuves extraordinaires soient nécessaires pour des affaires extraordinaires vaut tout autant pour la négation.» (Bernard Haisch, astronome et titulaire du site ufoskeptic.org.)

Le problème potentiel avec les «preuves extraordinaires», c’est qu’aucune preuve ne soit jamais jugée suffisante, qu’on exige toujours plus. Dans les cas des ovnis et des «enlèvements par des extraterrestres», cependant, avouez que les preuves concrètes et tangibles ne se bousculent pas à la porte. Ne pensez-vous pas qu’il soit périlleux d’attribuer une intentionnalité au phénomène ovni pour justement justifier cette absence de preuves vraiment concluantes (au moins pour l’hypothèse extraterrestre)?

Jean Casault: Je vais répondre par étapes puisque vous mentionnez plusieurs points dans votre question. Aucune preuve n’est jugée satisfaisante parce que les critères empiriques et parfois empiristes de la science transigent habituellement avec des éléments inertes donc disponibles ou alors vivants (des bactéries aux grands mammifères) donc disponibles également. Les études scientifiques qui portent sur l’animal intelligent qu’est l’homme se divisent en deux: son corps, visé par la médecine, la neurologie, etc. et son psychisme, visé par la psychologie et la psychiatrie. L’homme est disponible. Il est cloué au lit, volontaire pour une expérience et à la rigueur par la coercition il sera disponible qu’il le veuille ou pas. Quant aux sciences de la psyché, déjà elles ne sont plus reconnues comme étant des sciences exactes mais là encore le sujet est disponible.

Partant du principe que les ovnis seraient contrôlés par une IS (Intelligence supérieure) il va de soi que l’élément n’est pas disponible. Il est furtif, échappe à toute analyse et peut même altérer tous résultats éventuels d’une étude approximative de sa nature. Vous employez le mot «périlleux». Mais au péril de quoi? Je vais vous le dire moi. Au péril de la crédibilité du chercheur. On ne parle plus de science ici, on parle d’êtres humains comme vous et moi qui font de la science. Eux aussi ont une résidence à payer, des factures et des emmerdes. Très rares sont les chercheurs indépendants capables d’entreprendre une recherche scientifique sur les ovnis sans en subir les conséquences, sociales et professionnelles.

Moi-même, dans mon métier d’animateur à la radio, j’ai dû souvent taire mes opinions sur le sujet à la demande expresse de mes employeurs passablement nerveux, et cela malgré d’excellentes cotes d’écoute. Je l’ai fait. Je n’avais pas le choix parce que moi aussi j’ai une maison à payer et des factures et des emmerdes. Un dernier point: cessez de demander des preuves tant que la recherche ne sera pas officiellement amorcée. J’ai déjà dit ici et je le répète et je le répéterai encore et encore: pourquoi l’ufologie est-elle la seule discipline à qui on réclame des preuves avant même qu’une base de données puisse être suffisamment avancée pour formuler une théorie? Ce n’est pas de la science cela, monsieur, c’est de la peur et du déni! Mon dernier bouquin est très éloquent là-dessus et j’y apporte plusieurs arguments bien étayés.

Certains diront que plus un cas d’ovni est étrange, moins il y a de preuves. Par exemple, on possède des photos ou des témoignages multiples de phénomènes relativement peu spectaculaires, mais rien de réellement concluant en ce qui concerne les RR3 ou RR4. Êtes-vous d’accord avec cette façon de voir et, si oui, comment interprétez-vous cela?

Jean Casault: Je suis très agacé lorsqu’on me dit qu’un phénomène n’est pas spectaculaire. Vous parlez constamment de preuves et bien en voici une preuve. Si l’esprit humain attend qu’un ovni se pose sur la fameuse pelouse de la Maison Blanche avec un ET qui lance haut et fort: «Je suis venu en paix conduisez-moi à votre chef», c’est la preuve d’une profonde immaturité collective et d’un refus systématique de croire en quoi que ce soit qui menace la stabilité sociale, si tant est qu’une telle chose existe déjà.

Il ne faut pas cinquante millions de cas d’ovnis authentiques, il en faut un seul. Pick one! Si les dossiers les plus étranges sont les moins pourvus en indices palpables et mesurables, c’est qu’ils sont trop compromettants aux yeux d’une Intelligence qui pour le moment préfère cacher ses billes. Ça se tient. C’est fou, c’est dramatique, c’est Star Trek ou Star Wars à la puissance dix, mais pensez-y: ÇA SE TIENT. Les milieux scientifiques sont contrôlés par ceux qui emploient les services de ces gens: le commerce en partie, l’industrie très fortement et les gouvernements via l’ensemble de leurs agences civiles et militaires. Maintenant, pouffons de rire: la seule grande commission gouvernementale sur les ovnis destinée à évaluer les enquêtes de l’armée de l’air américaine a été commandée et financée par… l’armée de l’air américaine. J’en traite longuement aussi dans mon bouquin et vous avez deviné de quelle commission je parle.

En terminant, votre livre «Ovnis – Enlèvements extraterrestres – Univers parallèles. Certitude ou fiction?» vient tout juste de sortir dans les librairies du Québec. Sera-t-il éventuellement disponible ailleurs dans le monde, en France en particulier?

Jean Casault: Oui, ainsi qu’en Belgique et en Suisse. Il est également disponible sur le site QuebecorEditions.com.

Lire aussi:


656 réponses à “Ovnis, enlèvements extraterrestres et univers parallèles: entretien avec l’ufologue Jean Casault”

  1. NEMROD34 dit :

    Je crois Améthyste va bientôt ne poster que des lettres et qu’il faudra remplir les blancs …

    Ou elle attend le web 25.14 qui sera télépathique mais elle est en avance … ;-)

  2. Améthyste dit :

    Nem ,
    Je travaille presque 40h par semaine.
    Ce n’ est pas mon voisin qui nourrira ma petite famille.
    Merci.

    Améthyste

  3. NEMROD34 dit :

    Je comprends ça, ce je ne comprends pas c’est en quoi ça t’empêche de faire des messages lisibles de tous et pas seulement de toi, si tu les comprends encore après les avoirs écris…

    A la limite tu en fais moins, mais qu’ils puissent se lire et être compris…

  4. Orox dit :

    Et je voudrais ajouter que personnellement, je n’ai jamais aimé les choux de Bruxelles. Leur texture est spongieuse et le goût est tout simplement dégueu.

  5. Orphée dit :

    Amérox a écrit:

    « je n’ai jamais aimé les choux de Bruxelles »

    Bruxelles est une ville où il y a des vitrines entières de choues , beaucoup d’hommes les apprécient énormément ;-)
    C’est du para-normal probablement ………..

  6. toutain dit :

    En plus c’est hautement fermentescible..
    Du pur gaz à effet de serre !

  7. Orox dit :

    Effectivement. Si on fait une étude spectroscopique via Google Earth, on verra que Bruxelles est littéralement enveloppée par un énorme nuage de méthane, conséquence des milliards de tonnes de choux de Bruxelles ingérés de façon irresponsable par ses habitants chaque jours. Et que fait Greenpeace? Rien.

    Question de rester dans le sujet, vous vous rappelez cette info disant qu’on a relevé des traces de méthane sur la planète Mars? Ben cherchez pas plus loin: les Belges ont secrètement débarqué sur Mars l’an dernier, j’en suis sûr.

  8. toutain dit :

    Ca sent le complot à plein nez..
    Les théories conspétationnistes viendraient de Belgique en fait ?

  9. Orox dit :

    Les théories conspétomaniaques viennent TOUTES de Belgique, en fait. Suffit d’ouvrir l’oeil. ;-)

  10. bernard poulin dit :

    Il est maintenant possible de voir ou de revoir l’entretien Denis Lévesque avec Jean Casault au sujet de son récent livre:

    ovnis, enlèvements extraterrestres, univers parallèles: Et si la terre n’était qu’un jardin d’enfance?

    http://www.youtube.com/comment.....BOI8lc77fc

  11. Pierre Grimbert dit :

    Bonjour M. Casault

    Pour vous situer, je suis l’ex-conjoint de Lise Bilodeau et co-fondateur de l’ANCQ.

    J’ai parlé aujourd’hui à Lise du film « Quatrième type » que j’ai visionné il y a quelques jours.

    J’ai personnellement trouvé que le scénario, tout en s’efforçant de rendre vraisemblables les événements, semblait escamoter les commentaires ou des explications supplémentaires et nécessaires sur certains faits comme les phénomènes de lévitation, le positionnement des policiers, etc.

    Tout me semblait une suite ininterrompue de scènes un peu décousues malgré l’apparente chronologie.

    Et vous, en tant qu’expert, que pensez-vous de ce film ?

    Merci

    Pierre

  12. Orphee dit :

    Une vidéo, à priori non trafiquée et belle, affectée sur un cas d’OVNI en chine le 7 juillet dernier qui a fait fermer l’aéroport pendant une heure.

    http://www.youtube.com/watch?v.....re=related

    OK. Ce qui est étrange c’est que, d’après les rapports, le phénomène aurait été perçu sur radar presque exclusivement ce qui suppose qu’il n’y avait pas de preuve vidéo. Maintenant, des preuves peuvent parfaitement avoir été rapportées quelques jours après.

  13. 0livier dit :

    Si ce n’est pas une « Balava » (cf. spirale de Norvège), les incidents diplomatiques sont néanmoins à venir!

  14. Améthyste dit :

    Bien Olivier.

    http://www.lepost.fr/article/2.....passe.html

    LE Phénomène que notre Orphée nous apporte à travers sa vidéo reste complètement déviant, fausse complètement le phénomène OVNI.

    Améthyste

  15. Orphée dit :

    Comme d’habitude Améthyste , tu es d’une clarté a faire peur ;-)

    1) la Norvège n’est pas en Chine
    2) que vient faire le mot « déviant » là-dedans ?
    3) en quoi la vidéo fausserait-elle le phénomène OVNI ?

    Cet OVNI filmé a effectivement quelque chose de très ressemblant avec un missile militaire quoi qu’il semble étrange qu’un missile se balade au dessus d’une ville … peut être une perte de contrôle, qui sait ? ceci dit c’est joli et, si la scène filmée se passe effectivement au dessus de Hangzhou, ça pourrait être un cas OVNI intéressant.

  16. 0livier dit :

    Chine, Chine, si elle n’est pas de Chine:
    la fusée est quand même passée par… là!
    Donc attendre la réaction officielle, genre:
    http://www.chinadaily.com.cn/f.....089199.htm

  17. NEMROD34 dit :

    Avec la vidéo d’orphée ça fait quatre que je vois et qui ne montrent pas la même chose pour le même cas, une bonne dizaine de photos qui ne montrent pas la même chose, et le tout en chine pays ouvert et connu pour sa communication …
    Bienvenue dans le monde de l’ufologie … ;-)

  18. Améthtyste dit :

    Orphée
    Je n’ en reste pas la moins cinglée non Plus.!

    lA Chine n ‘est pas la Norvège,.
    La Norvège n ‘est pas la Chine non plus.

    J ‘ apporte le lien justement car votre vidéo reflète (à mon goût) en image comme une spirale céleste en Norvège.Donc le lien en étiquette de mon post.

    Cet OVNI filmé a effectivement quelque chose de très ressemblant avec un missile militaire quoi qu’il semble étrange qu’un missile se balade au dessus d’une ville … peut être une

    Là, nous vivons dans un monde véritablement dangeureux!!!! Suspicion en plein son envol!

    Nem ,je vous souhaite bienvenue en Chine!

    Améthyste

  19. Orphée dit :

    Améthyste, je voudrais pas être méchant mais il vous faudrait faire attention avant d’écrire ici.

    Par exemple vous écrivez: « Je n’ en reste pas la moins cinglée non Plus.! »

    Si on vous lit correctement cela indique que vous considérez être une des « plus cinglées » ou, au mieux, dans la bonne moyenne des cinglées ce qui n’est pas forcément à votre avantage ;-)

    Pour que notre interprétation soit correcte et gentille, il nous faut alors effectuer un travail de traduction qui consiste à supposer que, souhaitant être dans la norme, vous aviez l’intention d’écrire l’inverse de ce que vous avez écrit.
    Sinon, oui, on pourrait voir un lien entre les deux vidéos -Norvège et Chine- à ceci près que le « truc » en question ne se comporte pas du tout de la même façon.

  20. Orphée dit :

    Un lien en meilleure qualité vidéo pour l’OVNI chinois :

    http://leweb2zero.tv/video/booly_394c3af0c503b16

  21. Améthyste dit :

    En clair:

    Cette vidéo respire plus à un cannular de service.

    Le reste :

    Rien à cirer sur toutes vos croyances ou vos propos.

    Même en lisant ou relisant vos posts on me demande d’ être suffisament claire?
    Claire à travers vos croyances,
    Claire à travers vos insultes.
    Claire à travers mouvements dits « Orphéin.Un avion sans ailes.
    Navrée,le paranormal n’ est plus le sujet de fond sur ce blog.

    Améthyste

  22. NEMROD34 dit :

    Pour des photos de missiles ou fusée:

    http://www.skywise711.com/astro/index.html#14

  23. NEMROD34 dit :

    Pour la vidéo oui c’est bien un missile et je pense qu’on peut invoquer la phénomène de cavitation à un moment.

    Cavitation
    Aller à : Navigation, rechercher

    Diagramme pression-température de l’eau présentant la cavitation.
    La cavitation (lat. Cavus qui signifie « Trou ») est un phénomène qui décrit la naissance et l’oscillation radiale de bulles de gaz et de vapeur dans un liquide soumis à une dépression. Si cette dépression est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la pression de vapeur saturante, et une bulle de vapeur est susceptible de naître.
    Les origines de la dépression sont de deux sortes:
    écoulement fluide
    onde acoustique entrainant des variations de densité du liquide

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cavitation

  24. Robert dit :

    ****Même en lisant ou relisant vos posts on me demande d’ être suffisament claire?****

    Ben oui, tout au moins de faire l’effort d’écrire dans un français compréhensible par tous, pas en langage codé.